Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour remplacer l'Aléna, un "super accord" avec peu de changements

Solène Davesne , , ,

Publié le

L'accord de principe signé entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique devrait remplacer l'Aléna à partir de l'an prochain.

Pour remplacer l'Aléna, un super accord avec peu de changements
Donald Trump a obtenu une indéniable victoire politique en arrachant un accord de principe avec le Canada, après un accord similaire avec le Mexique.
© Gage Skidmore CC Flickr

"L’accord avec le Mexique était le plus dur à obtenir, alors  que le pays se trouvait en période électorale. Il n’y avait pas de désaccord insurmontable avec le Canada", résumait Thomas Julien, économiste de Natixis spécialisé sur l’Amérique du Nord et basé à New York, quelques jours avant la conclusion définitive de la renégociation de l’Aléna.

A un mois de ses élections de mi-mandat, Donald Trump a obtenu une indéniable victoire politique en arrachant un accord de principe

avec le Canada, après un accord similaire avec le Mexique pour remplacer l’accord de libre–échange en vigueur depuis 1994 entre les trois pays. L'Alena devrait ainsi céder la place à "l'accord Etats-Unis-Canada-Mexique".

Pour quels résultats ? Les détails des négociations n’ont pour l’instant pas été publiés. Dans la dernière ligne droite, les Etats-Unis ont obtenu des concessions du Canada sur l’ouverture de son secteur laitier, largement subventionné. Ottawa a accepté d’augmenter ses quotas d’importations de fromages et de lait, un sujet sur lequel il avait déjà dû lâcher du lest de mauvaise grâce avec les Européens dans le cadre du CETA, et à mettre fin à ses exportations laitières à tarifs ultra subventionnés. Le traité transpacifique TPP, négocié par l’administration Obama et révoqué dès le début de son mandat par Donald Trump, comportait des concessions similaires. Un enjeu acceptable pour le Canada au regard de l’accès au marché américain, alors que la totalité du secteur laitier canadien pèse 15 milliards de dollars.

Implications dans l'automobile surtout

Le principal changement notable concerne l’industrie automobile. Les véhicules devront contenir à minimum 75 % de production nord-américaine pour pouvoir être importés sans droits de douanes vers les Etats-Unis. Auparavant, la part locale minimum était de 62,5 %. Par ailleurs, 40 % de la production automobile devra provenir d’usines où la main d’œuvre est payée au moins 16 dollars de l’heure.

Le reste de la production ne serait taxé à 2,5 % seulement. Une mesure qui cible directement le Mexique, où le salaire horaire moyen tourne autour de 6 dollars de l’heure. "70 % des exportations mexicaines satisfont déjà les exigences du nouvel accord. Ces restrictions peuvent entraîner des décisions stratégiques de rapatriement de production vers les Etats-Unis mais les perturbations devraient être mineures par rapport à la perspective de ne pas avoir d’accord du tout. Pour les entreprises, l’incertitude était pire que tout", estime Thomas Julien, alors que le président américain menaçait d’abroger simplement l’accord de libre-échange en l’absence d’avancées significatives des négociations. 

Le Canada a en revanche réussi à préserver son exception culturelle et obtenu le maintien du recours à l’arbitrage sur le règlement des différends. Contrairement aux demandes américaines, le nouvel accord devrait rester valable seize ans, alors que Washington demandait une révision tous les cinq ans. "Ce sont des annonces mais les accords officiels peuvent encore prendre énormément de temps",  tempère Thomas Julien. Le Congrès devrait se prononcer d’ici au moins trois mois sur l’accord. Celui-ci devrait donc au mieux entrer en vigueur l’année prochaine.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle