Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Albioma ouvre une centrale qui fait le lien entre une turbine d’avion GE, le rhum de la Réunion et les énergies renouvelables

Aurélie Barbaux , , , ,

Publié le

A la Réunion, le producteur d’électricité outre-marin Albioma vient de mettre en service la première centrale électrique fonctionnant au bioéthanol de canne à sucre. Une électricité bas carbone qui viendra compenser les pointes de consommation sur l’île.

Albioma ouvre une centrale qui fait le lien entre une turbine d’avion GE, le rhum de la Réunion et les énergies renouvelables
La turbine à combustion au bioéthanol d'Albioma est connectée au réseau électrique d'EDF SEI à la Réunion depuis le 28 décembre 2018
© abarbaux

C’est une première mondiale qu’Albioma vient de réaliser à la Réunion. Ce spécialiste outremarin de la valorisation énergétique de la bagasse (le résidu de cannes à sucre), vient de trouver un débouché pour le surplus de mélasse de la distillerie Rivière du Mât. Il va injecter, après transformation en bioéthanol à 95,5, dans une turbine GE LM 6000 – celles des Boeing 747 - pour produire de l’électricité.  

De l'électricité à base de bioéthanol de cannes

Spécialement réglée par GE à la demande d’Albioma, cette turbine produite aux Etats-Unis consomme 80% de bioéthanol et 20% de gazoil, un carburant fossile indispensable pour le démarrage rapide (7 minutes) de la turbine. Elle pourrait ainsi valoriser 3000 à 5000 m3 de bioéthanol produits localement par la distillerie qui a investi pour adapter ses équipements. Avant ce projet, ses surplus de mélasse, une fois le quotas de rhum produit atteint, était envoyé en Métropole pour transformation. Et, il n'existe pas à la Réunion, pour  le moment, de filière biocarburant à base de bioéthanol, comme le E85, ou autres.

Albioma - 480 personnes, 403 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017-, a investi 60 millions d’euros dans cette turbine à combustion (TAC) d’une puissance de 41 MW. Installée sur la commune de Saint-Pierre, elle n’est pas destinée à une production constante d’électricité, mais pour couvrir les pointes de production. EDF SEI, qui gère le réseau électrique réunionnais, peut l’actionner à distance.  

Une nouvelle innovation d'Albioma

Si c’est une première avec du bioéthanol, Albioma  maîtrise bien les turbines GE. A la Martinique, une TAC du même type se nourrit depuis plus de dix ans de gazole. C’est aussi en Martinique qu’Albioma vient d’inaugurer la première centrale électrique 100% biomasse, Gallion II, de 40 MW. Quand, elle n’a plus de bagasse à brûler, elle utilise du pellet de bois, importé des Etats-Unis, pour alimenter la centrale.

Une centrale hybride qui fait école. Albioma a lancé la conversion sur le même modèle d’une centrale bagasse/charbon en Guadeloupe. A la Réunion, ce n’est pas une mais deux centrales bagasse /charbon que l’opérateur doit convertir à la biomasse. Mais là, elle pourrait être alimentée à 30% par une ressource locale de bois et de déchets verts, a calculé l’Office National des Forêts régional. Reste à construire la filière.

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle