Accord alternance ambitieux dans la métallurgie… mais chut, le pacte n’y est pour rien

Premier pas vers un accord de branche sur les contreparties au pacte de responsabilité, patronat et syndicats de la métallurgie se sont mis d’accord sur une augmentation progressive des recrutements d’alternants pour atteindre 46 000 contrats en 2020. A la demande de certaines organisations syndicales qui n’y sont pas favorables au niveau national, il a fallu surtout ne pas mentionner le rôle du pacte de responsabilité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Accord alternance ambitieux dans la métallurgie… mais chut, le pacte n’y est pour rien

Officiellement, l’accord signé mardi 21 octobre entre patronat et syndicats de la métallurgie n’a rien à voir avec le pacte de responsabilité, et le document final ne le mentionnera pas. Pacte ou pas, la branche avait son calendrier de négociations sociales. Pacte ou pas, la métallurgie, confrontée à de très nombreux départs à la retraite dans les années qui viennent, a besoin d’attirer les jeunes vers ses métiers. Mais les 41 milliards d’euros d’allègements de taxes et charges du pacte de responsabilité, dont deux milliards devraient bénéficier dès 2015 à la métallurgie selon le cabinet BIPE, permettent d’être plus ambitieux qu’auparavant.

Passées ces questions sémantiques et symboliques, l’accord de branche signé mardi par l’UIMM (organisation patronale), la CFDT et la CFE-CGC, prévoit de recruter 46 000 alternants d’ici à 2020, avec un pallier à 42 000 en 2016, un autre à 44 000 en 2018. FO Métaux se dit favorable à l’accord, à condition qu’il ne mentionne pas le pacte de responsabilité, que ne soutient pas sa confédération. La CFTC l’approuve aussi,mais comme FO, doit demander confirmation à ses instances dans les jours qui viennent. La CGT, hostile elle aussi au pacte de responsabilité, consulte sa direction avant de se prononcer.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En dehors des objectifs quantitatifs, l’accord se montre ambitieux sur la qualité de l’alternance dans la branche. Il se donne pour objectif d’accueillir 10% de filles parmi les alternants, contre 6% actuellement. Et vise un maximum de 5% de ruptures de contrats en cours d’alternance, 85% de réussite aux examens professionnels et 85% d’insertion sur le marché du travail à la sortie de l’alternance (avec 65% de recrutements en CDI).

"Les entreprises ont intérêt à tenir cet engagement"

Comment les entreprises de la branche, durement secouées par la crise, vont-elles atteindre ces objectifs ? En 2013, après des années difficiles, la branche s’était contentée de réitérer l’objectif de 2011 de recruter 40 000 alternants. Un objectif atteint. Comment augmenter ces recrutements de 14% en 7 ans ?

"Nos objectifs tiennent compte du contexte économique, précise Philippe Portier, secrétaire général de la métallurgie CFDT. Les atteindre dépend d’une part de la capacité de la métallurgie à attirer des jeunes vers ses métiers, d’autre part de la bonne volonté des entreprises, notamment des grandes. Mais elles y ont un vrai intérêt, et je crois qu’elles l’ont compris : préparer les plus de 100 000 recrutements prévus à l’horizon 2020."

Les négociations sur les contreparties au pacte de responsabilité ne sont pas terminées dans la métallurgie. Après l’alternance, d’autres thèmes vont suivre, le dialogue économique entre autres, "qu’il faut rendre plus efficace, notamment sur l’emploi", selon Philippe Portier, et une révision des classifications-qualifications, qui occupera les partenaires sociaux toute l’année 2015.

Cécile Maillard

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS