Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

A Versailles, Emmanuel Macron va tenter de rassurer les patrons étrangers

Solène Davesne

Publié le

Le président de la République reçoit 150 patrons de groupes internationaux pour le deuxième sommet "Choose France", organisé au château de Versailles, le lundi 21 janvier. Le mouvement des gilets jaunes risque de peser sur l’attractivité du pays.

A Versailles, Emmanuel Macron va tenter de rassurer les patrons étrangers © Toucan Wings - Wikimedia commons

Le contexte est moins favorable que l’an dernier. Emmanuel Macron reçoit lundi 21 janvier 150 patrons de grands groupes internationaux sous les ors du château de Versailles pour le sommet Choose France. Le rendez-vous pour vanter l’attractivité française a été instauré en 2018 par l’exécutif pour profiter de la venue en Europe du gratin des grands patrons mondiaux avant le forum économique de Davos, qui débute le lendemain. Le PDG de Google Sundar Pichai, celui d’Ikea Jesper Brodin mais aussi le patron du conglomérat nigérian Aliko Dangote et les patrons des banques JPMorgan et HSBC devraient y participer. Une trentaine de grands patrons français et de plus petites entreprises, laissés à l’écart l’an dernier de l’événement ont aussi été invités tout comme des présidents de régions.

L’an dernier, le président de la République avait déroulé devant les dirigeants étrangers son programme de réformes pro-business pour les séduire. Cette année, l’Elysée entend surtout contrer au plus vite les effets de la crise des gilets jaunes pour l’attractivité de la France. "Il y a une volonté de partager le diagnostic sur le contexte actuel" qui n’est pas propre à la France, assure-t-on à l’Elysée, qui estime que les violences "doivent être expliquées et circonscrites du point de vue de l’attractivité". Sur les télévisions étrangères, les images en boucle des scènes de guérilla urbaine ont inquiété les sièges mondiaux. "Quand vous êtes aux Etats-Unis, vous avez l’impression que la France est en guerre civile", s’inquiétait Frédéric Sanchez, le président du Medef international début janvier. 

15 ministres mobilisés

L’Elysée va devoir convaincre les grands patrons de la poursuite des réformes engagées, malgré l’ouverture du grand débat et la nécessité de répondre à la grogne sociale. Pour y parvenir, quinze ministres du gouvernement ont été mobilisés à Versailles pour faire la pédagogie auprès des dirigeants étrangers dans des entretiens en tête à tête. Ces derniers devraient aussi pouvoir remonter leurs inquiétudes au Premier ministre lors du déjeuner et du Président de la République à l’occasion du dîner.

Depuis deux ans, l’image de la France a fait un bond spectaculaire. Selon un sondage Ipsos publié en novembre, 67 % des dirigeants de filiales françaises de groupes étrangers estiment que leurs sièges mondiaux ont une image positive du pays contre 27 % deux ans auparavant. Mais les intentions d’investissement ont encore du mal à se concrétiser, faute de certitudes sur le cap des réformes. Seuls 16 % des entreprises envisagent des investissements dans les prochains mois. Pour renforcer l’image de la France, l’exécutif veut aussi relancer le dossier de la marque France, qui avait été abandonnée sous le précédent quinquennat.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

21/01/2019 - 10h08 -

Choose France but please wait Macron is gone (just a moment).
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle