A New York, le pétrole n'est plus (du tout) coté à la criée

Le Nymex, le marché new-yorkais de l'énergie et des métaux, est devenu entièrement numérique le 30 décembre 2016.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A New York, le pétrole n'est plus (du tout) coté à la criée

L’opérateur de marché américain CME Group a fermé, le 30 décembre, son marché à la criée de New York. Il ne représentait plus que 0,3% des échanges effectués sur le Nymex (New York Mercantile Exchange), dans le domaine de l’énergie et des métaux. Le volume des échanges physiques avait été divisé par plus de dix en l’espace de cinq ans, digitalisation des opérations oblige.

Ouvert en 1872, le Nymex avait autorisé en 2006 la tenue d’échanges électroniques aux mêmes horaires que les cotations physiques. La vente du site historique, en 2013, puis la restriction du marché à la criée aux seules options, moins contraignantes que les contrats à terme, avait suivi. CME conserve par contre son marché à la criée de Chicago, pour l’indice S&P500 et les produits agricoles, uniquement pour les échanges d’options.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un mouvement inéluctable de digitalisation

"Cela va dans l’ordre des choses. Les marchés sont de plus en plus électroniques, et les régulateurs poussent dans cette direction. Historiquement, un certain nombre de bourses sont restées à la criée. Sur les matières premières, le Chicago Board of Trade (CBOT) et le London Metal Echange (LME) conservent encore ce système. Les régulateurs poussent au fait d’avoir un meilleur contrôle sur les échanges, et donc, in fine, de passer par des plateformes électroniques qui facilitent la traçabilité et l’historisation des échanges. Les règlementations Dodd-Frank aux Etats-Unis et la directive Mifid (Services d'investissement et marchés réglementés) en Europe imposent la négociation électronique d’un certain nombre de produits dérivés jusqu’alors négociés en OTC (de gré à gré), au-delà des matières premières (des futures, par exemple)", commente Antoine Pertriaux, associé spécialisé sur les marchés financiers pour le cabinet de conseil Equinox-Cognizant.

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS