Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

A Lyon, Emmanuel Macron promeut une vision et présente quelques mesures

, ,

Publié le

Le candidat d’En Marche n’a pas fait d’annonces nouvelles sur son programme lors de son meeting de Lyon du 4 février. Il continue de promouvoir un grand rassemblement  pour faire rimer la liberté avec l’égalité, qui n'est pas 'l'égalitarisme". Il défend l’accomplissement des individus par le travail et veut mettre en place des structures qui permettront à chacun d’affronter les grandes mutations en cours. Enfin, il promet pour la fin février une stratégie de baisse des dépenses de fonctionnement de l'Etat, assorti d'un plan d'investissement sur le numérique, l'énergie, la modernisation de l'Etat et la formation des jeunes.

A Lyon, Emmanuel Macron promeut une vision et présente quelques mesures © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

La foule était au rendez-vous avec plus de 8 000 personnes présentes dans la salle, le casting, soigné, avec dans le carré VIP, les économistes Philippe Aghion, Elie Cohen, et Jean-Hervé Lorenzi, l'écrivain Erik Orsenna, le mathématicien Cédric Villani, ou encore le directeur de France terre d’Asile, Pierre Henry.  Selon Gérard Colomb, le maire de la capitale des Gaules qui accueillait Emmanuel Macron à Lyon samedi 4 février, 200 élus locaux et parlementaires étaient aussi présents dans l’assistance. Chargé de chauffer la salle avant l’arrivée du candidat, l’édile a rempli son contrat : "Il y a quelque temps que je fais de la politique. Je n’ai jamais vu une telle ferveur dans une campagne présidentielle ! " a-t-il déclaré.

Le leader du mouvement En Marche était visiblement venu pour l’entretenir, plus que pour détailler un programme complet et précis. Pour cela il faudra attendre le mois de mars.

Il a déroulé son discours autour des trois valeurs de la devise nationale : liberté, égalité, fraternité avec la volonté d’inscrire son projet dans le rassemblement.

Estimant que la période était grave, il a déclaré qu’il fallait, au delà des clivages partisans, "réconcilier la France avec le monde, la liberté avec l’égalité, réconcilier nos histoires… ".  Car pour lui, aujourd’hui "gauche et droite sont divisées sur des questions aussi fondamentales que la croissance, le travail, les inégalités, la laïcité, le rôle de l’Etat et l’Europe".

Suppression des cotisations salariales maladie et chômage pour tous 

Après une longue introduction sur la question de la sécurité ("la première des libertés") à laquelle Emmanuel Macron veut répondre par l’embauche de 10 000 policiers et gendarmes, un investissement dans la défense à hauteur de 2 % du PIB et la réactivation d’une police de proximité, le candidat  a déroulé les enjeux socio-économique de son projet. Il a affirmé que la situation de la France, de l’Europe et du monde ne permettait pas de se satisfaire "de l’ordre établi".  

Promouvant une société du travail, il a rappelé sa volonté de supprimer le RSI et de créer un système d’assurance chômage universelle quel que soit le statut de la personne. Avec, en regard, des devoirs. Il faudra "accepter un emploi décent, compte-tenu des qualifications, lorsqu’il est présenté". Il a réitéré sa volonté de simplifier le droit du travail pour promouvoir les négociations de branches et d’entreprises. En ce qui concerne les charges patronales, elles seront allégées en-dessous de 2,5 smic par un basculement du CICE, et encore réduites de dix points au niveau du Smic. Par ailleurs, il veut supprimer les cotisations salariales maladie et chômage pour tous les salariés quel que soit leur niveau de rémunération car pour "libérer le travail, il faut payer mieux". Enfin, il propose un RSA et une prime d’activité "plus incitatifs à la reprise"

Histoire de donner un petit coup de griffe à son concurrent du Parti Socialiste, il a rappelé les témoignages recueillis lors d’un récent déplacement à Noeux-les-Mines. "Là-bas, ils ne m’ont pas demandé le revenu universel. Ils l’ont, ça s’appelle le RSA et si on savait le multiplier par 2, j’ose espérer qu’on l’aurait fait depuis longtemps. Ils m’ont demandé du travail."

Concentrer les moyens sur ceux qui en ont besoin

Le candidat a affirmé aussi vouloir mener une révolution de la formation continue pour concentrer les moyens sur ceux qui en ont le plus besoin. Actant une société en fortes mutations, il a prévenu : "il faudra que des emplois disparaissent. Nous protégerons les individus mais nous devons être une terre de liberté pour l’innovation". Au passage, il a promis aux acteurs de la recherche plus d’autonomie et de moyens. Et de conserver tous les dispositifs d’aide à l’innovation.

Aucune des mesures qui parsèment pour l’instant son projet , qu'elles soient économiques ou sociales (comme le dédoublement des classes de CP et de CE1 en Zep) n'ont fait l'objet dans son discours de propositions de financement. Même si par ailleurs, le candidat a pu exprimer quelques pistes comme la compensation de la suppression des cotisations maladie et chômage par une hausse de la CSG.

Mais le meeting  a été l’occasion de marteler sa vision d’une France plus forte dans l’Europe qui implique de construire un projet "dans le respect de nos engagements par rapport à nos partenaires de l’Union". La trajectoire budgétaire de son quinquennat est donc attendu avec impatience.

Finalement, la principale information de cette journée, qui l'a vu égrener aussi sa vision de la laïcité, de la transition écologique, de la culture, c'est la promesse pour la fin février d’une stratégie de baisse des dépenses de fonctionnement sur 5 ans et d’une politique d’investissement sur la même période en matière de numérique, énergie, modernisation de l’état et formation des jeunes.

Bien décidé à ne pas se mêler au maelström actuel qui touche la droite, il a fait taire les quelques sifflets qui s’élevaient lorsqu’il a évoqué "l’exigence de transparence de la vie démocratique". Il a réservé ses flèches au camp Le Pen. "Ils rétrécissent nos horizons, trouvent certains plus égaux que d’autres, détestent les visages qui ne leur ressemblent pas." Une antithèse selon lui de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle