A l’Université numérique du Medef, General Electric détaille sa vision de l’internet industriel

La troisième université numérique du Medef vient de se clôturer après deux jours de débats, les 15 et 16 mars, centrés sur la data. Parmi les intervenants, Vincent Champain, le directeur général de General Electric Digital Foundry Europe, a présenté la vision par GE des apports du big data à l’industrie

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A l’Université numérique du Medef, General Electric détaille sa vision de l’internet industriel
Vincent Champain, directeur général de GE Digital Foundry Europe.

Le groupe revendique avoir le "plus grand pool de data scientists industriels de haut-niveau". Quand General Electric parle de transformation digitale, mieux vaut donc l’écouter. Mercredi 15 mars, lors de l’université numérique du Medef, Vincent Champain, le directeur général de GE Digital Foundry Europe, a détaillé la vision qu’a le groupe américain du big data.

Un thème au cœur de la troisième édition de cet événement, centré cette année sur la donnée, avec une succession de conférences sur l’intelligence artificielle, l’internet des objets industriels, ou encore l’utilisation des données dans le secteur de la santé.

Dans l’industrie, "l’enjeu, c’est plus de performance, plus de fiabilité, par exemple être capable de réparer une machine avant qu’elle ne tombe en panne", explique Vincent Champain. Le tout, bien sûr, "sans investir des milliards en recherche et développement". L'une des solutions, c'est la création de jumeaux numériques des machines, nourries de données comme la température interne, permettant "de savoir ce qu’il se passe à l’intérieur sans arrêter" l'outil.

Des améliorations à très faible coût de déploiement

L’un des points "qui change le plus les choses", poursuit Vincent Champain, c’est l’apparition de plateformes logicielles capables d’héberger des applications fournies sur étagère, à l'image de Predix, l'OS de l'internet industriel de GE. Des plateformes qui permettent aux industriels "de se concentrer sur ce qui est utile" : la recherche d'améliorations pour leur production, "qui ne seront rentables qu’avec un coût de déploiement très faible".

Et de donner l’exemple de Grid Solutions (GE Energy Connections), dont une usine de tubes d’aluminium, à Aix-les-Bains (Savoie), cherchait à réduire ses pertes dans la coupe. Ici, les ingénieurs de General Electric n’ont pas tenté de simuler tous les scénarios de coupe – il y en avait 101408 ! Le développement de leur application web a pris vingt jours. Résultat ? Une réduction de moitié des pertes liées à la coupe des tubes d’aluminium, de 10 % à 5 %.

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    GRID SOLUTIONS
ARTICLES LES PLUS LUS