Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

À Bobigny, Valeo réfléchit la lumière

, , ,

Publié le

Reportage L’équipementier invente de nouvelles solutions grâce à son expertise sur l’éclairage afin de répondre notamment aux futurs besoins du véhicule autonome.

À Bobigny, Valeo réfléchit la lumière
Le véhicule interagit en diffusant des pictogrammes sur les feux arrière et en projetant des informations sur la route.

Pour appréhender les projets sur lesquels planchent les 700 salariés de la division des activités d’éclairage de Valeo à Bobigny (Seine-Saint-Denis), il faut pénétrer dans l’antre de la bête. Derrière une porte sécurisée, un étroit escalier permet d’accéder au sous-sol. Là, l’équipementier a aménagé un tunnel de 80 mètres de longueur où toutes les conditions de conduite peuvent être recréées… et les futurs dispositifs d’éclairage validés. En piste, une Audi bleue permet de se faire une idée des innovations déjà sur le marché. À l’image du système anti-éblouissement qui permet aux conducteurs de rester en plein phare tout au long du trajet, sans gêner les autres automobilistes. Pour ce faire, les ingénieurs ont segmenté la lumière des phares en faisceaux. "Lorsque les capteurs installés à l’avant du véhicule détectent une autre voiture, les segments susceptibles d’éblouir le conducteur d’en face s’éteignent", se félicite Benoît Reiss, le directeur R & D de l’activité éclairage extérieur.

Lancée en 2016, cette solution premium est disponible chez Ford, Volvo ou BMW. Mais à Bobigny, on prépare déjà le coup d’après. Il faut dire qu’en 2016, l’activité visibilité, qui intègre l’éclairage et l’essuyage, a généré un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros, soit plus d’un quart des ventes de Valeo (16,5 milliards). De quoi faire de ce pôle une activité très lucrative, et à haut potentiel. "L’arrivée du véhicule autonome va faire évoluer la demande en termes d’éclairage, prédit Christophe Le Ligné, le directeur R & D du pôle visibilité, qui compte 4 000 ingénieurs dans le monde. Il va falloir concevoir des systèmes capables de détecter par exemple les contrastes sur la route et s’adapter en conséquence, ou les rendre communicants pour alerter les véhicules autour."


Dans un prototype de cockpit, Valeo expose ses solutions en matière d'éclairage.

Quand les feux dessinent des passages piétons

Fort de ce constat, Valeo développe un système autrement plus poussé que celui de l’Audi. Avec non plus quelques dizaines, mais des centaines de milliers de pixels dans chaque phare, l’équipementier parvient à projeter au sol des informations variées. Dans la pénombre, un panneau stop apparaît pour informer le chauffeur d’un arrêt à venir. Sur les routes de campagne mal balisées, le véhicule trace ses propres lignes blanches, qui suivent les virages identifiés par les capteurs. En mode autonome, la voiture est même capable de dessiner un passage clouté après avoir détecté la présence d’un piéton, afin de lui signifier qu’elle souhaite le laisser traverser. Enfin, pour interagir avec ses pairs, le système pourra indiquer, à l’aide de pictogrammes diffusés au niveau des feux arrière, l’ouverture d’une portière ou le dépassement d’un obstacle.


L'équipementier a lancé un "carlab" pour permettre à ses ingénieurs d'échanger avec divers experts.

L’intérieur du véhicule n’échappe pas à cette transformation. "La vie à bord est un enjeu de plus en plus important à mesure que le véhicule devient autonome", souligne Christophe Le Ligné. Valeo a donc mis au point un prototype de cockpit pour présenter ses solutions en matière d’éclairage intérieur où la lumière court des portières au tableau de bord. "Couplée à des capteurs et à la climatisation, la lumière pourra, par exemple, devenir bleue afin de faire ressentir plus rapidement la sensation de fraîcheur", illustre le directeur du pôle visibilité. Associer une couleur à la température a une influence sur le ressenti des passagers, certifie-t-on chez Valeo. Un enseignement tiré d’une nouvelle approche. Dans son "carlab" lancé en 2016, Valeo fait interagir ses ingénieurs avec des ethnologues, professionnels du monde médical et utilisateurs, afin de comprendre les besoins de ces derniers. Grâce à cet espace installé à Bobigny, Valeo veut "adopter une approche transversale centrée plus que jamais sur l’humain", souligne Antoine Boilevin, l’un des deux fondateurs du carlab. Et permettre d’inventer la voiture de demain.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle