A Bercy, l’intelligence artificielle pour anticiper les sorties de route des entreprises

Dès ce mois de février 2019, les services déconcentrés de l’Etat qui viennent en aide aux entreprises en difficulté, pourront concentrer leur action sur des entreprises  "en risques" selon une technologie d’intelligence artificielle.

 

Partager
A Bercy, l’intelligence artificielle pour anticiper les sorties de route des entreprises
Le ministère des Finances veut anticiper l'identification des difficultés des entreprises

Quand une entreprise frappe à la porte de l’Urssaf pour négocier l’échelonnement de ses créances, il est parfois déjà trop tard pour la sauver. Détecter des micro-signaux qui auraient pu donné l’alerte, évaluer en amont une probabilité de difficultés à venir, c’est tout l’enjeu des services de Bercy. Mais pour cela il faut des données, beaucoup de données et des algorithmes solides.

Cela tombe bien car des données il en tombe chaque jour sur des milliers d’entreprise sur tous les serveurs de l’Etat. La direction des finances publiques (DGFIP) du ministère de l’Economie et des Finances a donc rassemblé dans un même entrepôt : liasses fiscales, déclarations de TVA, déclarations sociales nominatives (DSN), données des douanes, des greffes pour développer des algorithmes de probabilité d’entrer en procédure collective à 18 mois. "Les données sont très fines.Sur la DSN par exemple, on peut même voir les fonctions présentes dans l’entreprise et les rapporter à sa taille. Les informations des greffes retracent, eux, toute la vie juridique de la société et l’histoire du dirigeant", explique Philippe Schall, responsable de la mission requêtes et valorisation.

Un enjeu d'efficacité

La technologie mise en œuvre par l'équipe, qui réunit des data scientists (fonctionnaires issus de l’ENSAE et contractuels) et des experts de la finance, repose sur des algorithmes d’apprentissage automatique. L’algorithme de probabilité est spécifique selon le cluster auquel appartient l’entreprise car selon le secteur d'activité, la conjugaison des signaux inquiétants varie. Les clusters sont définis par un ensemble de données comme le code NAF, le chiffre d’affaires, l’exposition à l’international, etc.

L’objectif de la démarche ? Ce n'est pas de dresser une liste de moutons noirs, assure Bercy, mais d’alerter pour entrer en dialogue avec les entreprises avant que la situation ne soit trop dégradée. Le projet déjà en expérimentation dans 9 départements sera étendu à la France entière en février. Les retours, uniquement qualitatifs pour l’instant, des services des premiers départements pilotes (la Côte-d’Or, le Finistère, la Seine-et-Marne, le Tarn …) sont "très positifs" selon l’administration centrale Mais aucun retour quantitatif n'est pour l'instant disponible.

"Grand frère" plus que "Big brother"

Désormais, les entreprises pourraient donc voir débarquer un commissaire au redressement productif avant même de tenter leur négociation avec l’Urssaf. Ce dispositif un peu "Big Brother" n’est-il pas de nature à effrayer les entreprises ? Le ministère promet la confidentialité totale de ces listes. La démarche vise à renforcer le rôle d'écoute et de conseil de l'administration. "Le but c’est vraiment le soutien avancé pour proposer vite des solutions", promet la responsable du projet Adèle Lieber, directrice du conseil fiscal, financier et économique à la DGFIP. Elle y voit aussi un moyen de concentrer l'action des services alors que les moyens humains se réduisent. La frugalité pousserait-elle l'Etat a encore plus d'intelligence, relationnelle comme artificielle ?

1 Commentaire

A Bercy, l’intelligence artificielle pour anticiper les sorties de route des entreprises

Etienne ROGER
08/02/2019 12h:15

L'Etat deviendrai-il alors gestionnaire de fait ?

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS