Le futur de l'industrie

Le blog de Vincent Champain

Pourquoi la fonction "qualité" doit dire bye bye au papier

Publié le

Pourquoi la fonction qualité doit dire bye bye au papier
A chaque centrale nucléaire son épaisse documentation... papier.
© Pascal Guittet

Il y a peu de domaines où l’on utilise autant de papier, où l’on fait autant de vérifications et de tâches automatisables que celui de la qualité. C’est particulièrement vrai dans le nucléaire : la documentation fournie avec un générateur de vapeur fait l’équivalent de 13 fois “A la recherche du temps perdu” - le plus long roman de la langue française. Et ce n’est pas du Proust !

Autant dire que ce sujet se prête bien à la numérisation, et plus particulièrement dans les secteurs à forte contraintes réglementaires (nucléaire, chimie, pharmacie,...) pour lesquels les défauts de qualité peuvent conduire à des coûts extrêmement élevés. Plus largement, il existe actuellement une tendance en faveur d’une approche numérique de la qualité dans l’ensemble de l’industrie, liée aux exigences accrues de transparence des clients.

Pourtant, dans les grands groupes comme dans les PME le processus qualité est souvent faiblement digitalisé, avec encore beaucoup de papier dans les ateliers. Parfois c’est une question de coûts : le déploiement des ERP ou de progiciels dédiés, jugé trop coûteux pour des “petites” fonctions comme la qualité, s'arrête souvent à la comptabilité, à la finance et aux achats. Par ailleurs, les clients ne partagent pas forcément le même outil que leurs fournisseurs - ce qui ne laisse comme solution que le papier ou le “quasi papier” (scan ou impression pdf). Enfin, certaines autorités de contrôle ont parfois du mal à passer au numérique pour la transmission de données ou pour leur vérification, notamment en raison de la faiblesse des moyens informatiques qui leurs sont alloués.

En pratique, le digital peut va permettre d’améliorer de nombreux aspects de la fonction qualité :

 

  1. Digitalisation du respect des exigences

Le premier objectif d’une fonction qualité est en effet d’assurer que les exigences liées à un produit sont réalisées. Cette tâche peut devenir très complexe lorsque les exigences se comptent en milliers...

 

  1. Digitalisation des rapports d’inspection

Les produits les plus complexes (aérospatiale, grands projets d’infrastructure, nucléaire, …) font l’objet d’inspections systématiques visant à vérifier la conformité sur un grand nombre de points. Autrefois réalisées sur des formulaires en papier, ces rapports sont de plus en plus digitaux.

 

  1. Traçabilité

Le digital permet de conserver la trace des composants entrant dans la fabrication d’un produit au fur et à mesure de sa transformation et du passage d’un fournisseur à un autre.

           

  1. Automatisation des contrôles

Vérifier l’apparence d’un produit (absence de fissure, rayure, couleur,...), ses caractéristiques physiques (résistance d’un échantillon à l’étirement ou à l’écrasement,...) ou sa réponse à un jeu de tests (modules électroniques). En outre, les méthodes statistiques sont utilisées depuis longtemps pour améliorer la qualité des produits, mais la disponibilité de données en abondance permet d’en étendre l’utilisation.

 

  1. Calculs de structure

C’est dans le nucléaire qu’a été initiée l’utilisation de méthodes numériques pour prouver la résistance d’un composant critique. Depuis, ces méthodes se sont largement étendues dans d’autres secteurs - une grande partie des crash tests automobile sont désormais numériques. 

 

La France a su développer une industrie de niveau mondial dans les secteurs “à fortes exigences de qualité” - qu’il s’agisse de l’automobile, de l’aéronautique, du nucléaire ou de l’industrie pharmaceutique. A un moment où le digital offre à ces secteurs des moyens de réinventer la fonction qualité, et où d’autres secteurs cherchent à se renforcer sur ces questions, la France dispose à portée de main de nombreuses opportunités pour développer un filière de classe mondiale dans ces domaines.

Vincent Champain & Barthélémy Longueville

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte