Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le futur de l'industrie

Le blog de Vincent Champain

L’Uberisation des cadres

Publié le

L’Uberisation des cadres
© PxHere

On pense généralement que la transformation numérique bouleverse avant tous les emplois de production, mais le contenu du travail des cadres supérieurs n'est pas moins concerné !

Il y a 40 ans, dans « The Nature of Managerial Work » Henry Mintzberg avait étudié le travail des cadres dirigeants en analysant leurs agendas, et identifié plusieurs types de rôles simultanés, dont trois principaux :

•         Le premier était lié à la diffusion de l'information : analyser l'information remontant du terrain ou descendant vers les équipes, la diffuser en interne ou porter à l'extérieur les messages de l'entreprise. Clairement, les e-mails et les réseaux sociaux ont réduit l'intérêt d'un point central pour "porter l’information". Ils ont donc largement réduit la position centrale du dirigeant comme "courtier d'information"

•         Le deuxième rôle était lié à l’alignement entre personnes – liaison entre salariés avec les parties prenantes. Ce rôle existe toujours, mais il s’est distribué, notamment entre les responsables des affaires publiques, des relations sociales ou du développement durable (qui gèrent les parties prenantes). Par ailleurs, les modes d’organisation ont évolué et reposent moins sur une autorité hiérarchique unique - notamment dans le secteur du logiciel avec le développement de méthodes agiles très décentralisées

•         Le troisième rôle était lié au pilotage d’une vision et du suivi de la mise en œuvre. Il existe, mais il s’est transformé - le dirigeant Jupitérien, auquel sa seule position garantissait le respect de tous, a cédé le pas au dirigeant « vulcanien » - du nom du dieu renvoyé parmi les mortels – qui doit prouver sa valeur ajoutée au vu de ses réalisations.

Certaines de ces évolutions sont anciennes. Dans l’industrie, le passage du fordisme au toyotisme traduit un changement de positionnement du cadre. Dès les années 1990, Peter Drucker théorisait « l'entreprise libérée » à la hiérarchie simplifiée. Mais les technologies de l'information ont largement accéléré ces tendances, qui se traduisent par des symptômes connus de tous : réduction du nombre de niveaux d'encadrement, augmentation de l'exigence des postes avec la nécessité de réinventer régulièrement son rôle.

Aux cadres qui s'interrogent sur la façon d’aborder ces changements, les conseils seront les mêmes que ceux qu’ils prodiguent eux-mêmes aux salariés concernés par des changements : ne pas s'enfermer dans le déni et se former pour comprendre et accompagner les effets des évolutions technologiques, identifier les manques en compétences de l'entreprise et les combler en interne ou via des partenariats. Bref, être l'acteur de la réinvention de leur rôle plutôt que le spectateur de la disparition du manager d’hier.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle