Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

IA : des labos au terrain

Le blog de Sylvain Duranton

Le bon sens, un antidote aux "Algolems" (3/3)

Publié le

Le bon sens, un antidote aux Algolems (3/3)
© adriana duduleanu, licensed via EyeEm Mobile

Dans cet article que vous pourrez découvrir en trois volets, je reviens sur les dangers de l’IA et notamment sur ceux des "Algolems", ces IA autonomes que plus personne ne contrôle. Le bon sens humain est aujourd’hui l’unique moyen de lutter contre ces dérives potentielles.     

 

Les managers doivent anticiper les risques éthiques et déontologiques afin de mieux détecter les risques potentiels liés à l’IA.

Cela requiert de travailler en amont avec les développeurs : même des systèmes d’IA soi-disant objectifs reposent sur des données issues du monde réel et donc biaisées par essence. Si une décision humaine est susceptible d’être impartiale, le traitement d’une information par l’IA l’est tout autant. 

Dans un tel contexte, l’éthique est appelée à bénéficier d’un périmètre bien plus large que la seule protection contre les risques juridiques. Il s’agit de former les managers et experts en données afin d’éviter les catastrophes découlant d’une mauvaise exploitation des golems modernes que sont les algorithmes. Pour lui conférer le poids nécessaire, les entreprises doivent nommer un Chief Ethique Officer ayant pour mission de seconder le CEO lors de l’instauration de politiques relatives à l’IA et la définition de lignes directrices sur le sujet.

Ainsi, les structures désireuses de rattraper leur retard doivent veiller, lors du déploiement de technologies d’intelligence artificielle, à étendre leur réflexion au-delà de la simple conception des algorithmes et de leur mise en œuvre technique. Comme pour le golem de Prague, façonner une créature magique est, en un sens, facile. Le vrai défi consiste à rendre la créature utile.

Dans l’univers de l’IA, le codage d’un algorithme représente environ 10 % des ressources nécessaires, son implémentation dans les systèmes d’information en représente 20 %. L’essentiel des efforts – les 70% restants- doit être concentré sur le mariage de l’humain et de l’algorithme afin d’aboutir à des choix pertinents. Ces 70 % sont souvent sous-estimés.

 Or, ils sont incontournables à la prise de décisions en phase avec le monde réel et, en cela, véritablement intelligentes.  

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle