La gestion des projets complexes

Le blog de Rodolphe Krawczyk

Objectif Lune: Money, money, money…

Publié le

Objectif Lune: Money, money, money…
© NASA GSFC

La compétition effrénée que se livrent les grandes puissances pour la maîtrise de l'espace ne s'arrête pas aux orbites terrestres : la Lune est désormais dans le collimateur américain, pour des raisons économiques…

Un article de la revue en ligne Space News du 21/05/20 était intitulé "US seeks to change the rules for mining the Moon"… Nous y voilà…

J'avais évoqué, dans l'article de ce blog "La nouvelle guerre des étoiles: adieu l'humain ?" paru en mai dernier, les risques liés à la militarisation "numérique" de l'espace. C'est maintenant la Lune qui fait l'objet de nouvelles convoitises: plusieurs compagnies envisagent d'explorer la Lune pour en extraire de nouveaux matériaux qu'on ne trouve pas (ou peu) sur Terre, en particulier l'hélium-3, qui pourrait être très utile dans les réacteurs à fusion nucléaire, et les terres rares, de plus en plus utilisées dans les appareils électroniques. La rentabilité d'une exploitation opérationnelle lunaire (avec notamment le retour sur terre des matériaux) reste à démontrer, mais l'idée ne va pas manquer de faire son chemin. Et il est plus que probable qu'elle se concrétisera tôt ou tard. Et le gouvernement de Donald Trump a déjà créé de nouvelles règles expliquant comment des compagnies pourraient tirer profit de la Lune, des astéroïdes et des autres planètes… en violation flagrante du "Moon Treaty" des Nations Unies qui avait déclaré la Lune "héritage commun de l'humanité", tout en posant les bases d'une réflexion sur le partage (pacifique) des ressources lunaires… réflexion qui a fait long feu. Et voilà que les USA reprennent l'initiative, et quelle initiative !!!…

Que l'on aille chercher sur notre satellite naturel des matériaux nécessaires à notre civilisation ne me choque pas, du fait de l'épuisement progressif des ressources terrestres. Mais, comme disait Jacques Brel dans une de ses chansons "Il y a la manière…". Et la manière du "gendarme du monde" a de quoi surprendre, voire offusquer… Il m'a été reproché de donner l'impression, dans mes articles, d'admirer un peu trop la culture entrepreneuriale américaine face à nos conservatismes européens: j'admets avoir un "faible" pour la flexibilité et l'esprit pionnier outre Atlantique tout en reconnaissant qu'ils ne sont pas transposables tels quels chez nous, car ils ont aussi leurs limites. Mais la déclaration américaine sur l'exploitation lunaire va bien au-delà ce que j'admire chez eux : compte tenu de la réorientation exclusivement "business" de l'équipe de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir, à coup de décrets, de menaces, de décisions unilatérales, d'annulations d'engagements de son prédécesseur, etc, on a du mal à imaginer que l'extraction des ressources de la Lune envisagée par les USA puisse se faire dans une atmosphère de coopération amicale et ouverte… En tout cas ; leur position n'augure pas d'un avenir bien rose pour l'astre de la nuit… La plupart des guerres ayant pour origine (rarement avouée, et pourtant largement prouvée par les historiens) des motifs économiques, on devine sans peine, mais avec inquiétude, quel pourrait être le prolongement naturel de la militarisation de l'espace circumterrestre.

Et comme les règles du gouvernement de Donald Trump mentionnent aussi les astéroïdes et les autres planètes, après la Lune, pourquoi pas Mars ?

Bien sûr, les Russes et les Chinois, dont on peut Imaginer qu'ils n'ont guère apprécié la façon dont les USA ont pris les devants, ne seront pas en reste et sauront tenir la dragée haute aux Américains…

Les fans de Star Wars se réjouiront peut-être (il en faut), mais je doute qu'une guerre des étoiles soit dans la réalité aussi hollywoodienne : il y a une vingtaine d'années, le polar futuriste "Outland" décrivait, de façon très réaliste, la vie d'une station spatiale minière sur un astéroïde, en proie à une série de meurtres (et ne donnait guère envie de passer ne serait-ce que quelques jours "là-bas")... Un conflit "là-haut" ne serait guère plus reluisant… Alors souhaitons que cette soif de gains financiers tous azimuts, où l'on a l'impression que les grandes puissances rivalisent d'ambitions qui frisent la démesure, reprenne rapidement le chemin de la raison…

En attendant, on pourra bientôt fredonner, en vue des futurs investissements lunaires :
Au clair de la Lune, mon ami lascar,
Prête-moi d'la thune, t'auras des dollars…

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte