La gestion des projets complexes

Le blog de Rodolphe Krawczyk

La Chine s'est éveillée... et n'est pas près de se rendormir

Publié le

La Chine s'est éveillée... et n'est pas près de se rendormir

"Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s'éveillera le monde entier tremblera" : cette phrase qu'aurait prononcée Napoléon 1er a donné son titre au célèbre essai d'Alain Peyrefitte publié en 1973, auquel a succédé en 1996 : "La Chine s'est éveillée". Et aujourd'hui, la Chine s'est levée…

L’idée sous-jacente d’Alain Peyrefitte était que la Chine finirait tôt ou tard par dominer le monde quand elle aurait acquis un niveau technique suffisamment avancé. Ce niveau a pu être acquis à partir du 21° siècle pour deux raisons fondamentales :

- La population chinoise : même si, sur près d’un milliard et demi d’habitants, la moitié vit encore dans les campagnes, il reste environ 700 millions de citadins (plus que toute la population de l’Union Européenne, deux fois celle des Etats-Unis) dont le niveau intellectuel n’a rien à envier à celui des pays occidentaux.

- La capacité chinoise à « copier » (et à améliorer !) les meilleures idées, notamment par l’envoi massif d’étudiants à l’étranger, dans des universités et aussi des entreprises qui n’hésitent pas à recruter dans l’Empire du Milieu des stagiaires et thésards dont l’acharnement au travail profite largement à ceux qui les recrutent, avant de profiter encore plus à la Chine lorsqu’ils retournent dans la mère patrie.

 

Un domaine où la Chine est devenu un acteur international majeur est la photonique. J’ai personnellement commencé à « palper » sa montée en puissance lors de ma consultation hebdomadaire de revues en ligne relatives à l’instrumentation optique :

- Il y a une dizaine d’années, je me suis rendu compte que l’écran de mon PC affichait de plus en plus souvent des séquences de publications scientifiques ou techniques exclusivement chinoises (une séquence représentant entre 10 et 20 articles).

- Lorsque je communiquais certaines de ces publications à mes collègues, la réaction était alors : « C’est pas mal, mais ils ont encore des progrès à faire ».

- Dix ans plus tard, les progrès sont faits, car la réaction est en général : « C’est très intéressant, il y a des idées à creuser ».

Or justement, en photonique, la Chine a pris une longueur d’avance sur l’Occident dans le domaine de la cryptographie quantique[1], le Graal des communications totalement inviolables : en 2017, la Chine réalise la première expérience au monde de liaison quantique par satellite entre deux stations sol séparées de 1 200 km, expérience qu’elle vient de renouveler en augmentant le débit (pour l’instant certes encore extrêmement faible, mais pas pour longtemps), et surtout en démontrant que la sécurité de la communication restait assurée en cas de prise de contrôle du satellite par un ennemi.

Si un nouveau conflit mondial devait éclater, il pourrait bien débuter dans le Pacifique, où la Chine revendique avec de plus en plus de force Taïwan et les Iles Spratleys, ce que les Américains ne peuvent évidemment accepter pour des raisons tant économiques que géopolitiques. La Chine a bien compris que le vainqueur d’un tel conflit sera celui qui maîtrisera l’espace : et pour maîtriser l’espace, il faut d’abord maîtriser ses communications et neutraliser celles de l’adversaire.

Cette poussée de la Chine en photonique quantique n’a pas échappé aux Occidentaux : la France allouera près de 2 milliards d'euros à la recherche informatique quantique sur les cinq prochaines années. Quand on sait que le coût d’un satellite de télécommunication est de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’euros, on a peine à croire que cette budgétisation nous permettra de rattraper la Chine à court terme.

On pourrait imaginer qu’une coopération internationale en photonique quantique amortirait les tensions (qu’il faudrait amortir également dans le domaine des missiles hypersoniques où là aussi, la Chine ainsi que la Russie d’ailleurs ont damé le pion aux Etats-Unis sur la dernière décennie). Ce serait oublier que la Chine ne fera pas de cadeau à l’Occident. Les deux guerres de l’opium qu’elle a perdues au 19° siècle contre le Royaume-Uni d’abord puis contre l’alliance Royaume-Uni/Etats-Unis/France, et qui l’ont affaiblie au point d’être contrainte de signer avec d’autres pays occidentaux des traités iniques, ont contribué à finir d’endormir ce géant. Et ces guerres n’ont certainement pas favorisé l’émergence de sentiments pro-occidentaux, maintenant que le géant ne dort plus, et ne semble pas disposée à se rendormir.



[1] basée sur le phénomène connu et démontré, mais terriblement difficile à concevoir, des photons intriqués : dans un couple de photons intriqués, lorsque l’état quantique d’un photon de la paire est modifié, celui de l’autre photon est instantanément modifié, quelle que soit leur distance (donc sans la limitation relativiste de la vitesse de la lumière).

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte