Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'industrie au féminin

Le blog de Magali Anderson

N'acceptez pas le "non" comme réponse

Publié le

N'acceptez pas le non comme réponse
© kues1 - Freepik

Un jour, on m’a demandé de faire un discours inspirant à une centaine de jeunes hauts potentiels d’une grosse société. Ils m’avaient contactée alors que je n’étais pas conférencière, mais j’avais impressionné quelques managers pendant une table ronde.
Dans mon discours, je partageais les secrets qui m’avaient permise d’arriver à ce poste d’exécutive. Recettes que je me propose de partager avec vous à travers une série d’articles :

Premier conseil : "Don’t take no for an answer" - N’accepte pas “NON” comme réponse. (Je précise dès maintenant que cela concerne certains cas de la vie professionnelle. Dans la vie privée, le Non veut toujours dire "NON" !)

Je vais reprendre une anecdote que j’avais abordée dans mon premier article sur ce blog, mais pour étudier l’angle du "Non" cette fois.

Etudiante en école d’ingénieurs, je me rends au forum des métiers. Ayant rencontré peu de temps auparavant un ingénieur terrain, je suis absolument convaincue que c’est ce que je veux faire, sans concession ! Donc je fonce vers la boîte en question et dis au recruteur que le poste m’intéresse. Il me regarde de la tête aux pieds et me répond "Non". Cela aurait pu s’arrêter là et je ne serais pas ici aujourd’hui. Mais cela m’a mise en colère. Comment Non ? Pourquoi Non ? Vous ne savez rien de moi, de mon CV. Je n’accepte pas ce Non. Je demande une explication et je ne bougerais pas d’ici tant que je ne l’aurais pas. En l’occurrence, mon CV de future jeune diplômée est plutôt bon. Je suis présidente du BDE et j’ai mené le plus gros événement de l’école, organisé un projet caritatif au Mali… etc. Donc il n’y a pas de raison logique pour ce Non sauf peut-être... Mais même il y a 30 ans, cela ne se faisait pas de dire à une femme qu’on ne voulait pas la laisser postuler à un poste uniquement parce qu’elle était une femme. Donc je reste là... 1 heure, 2 heures... Jusqu’à l’avoir à l’usure. Il finit par me donner le questionnaire, certainement pour se débarrasser de moi, mais quelques mois plus tard, je démarre comme ingénieure terrain, à Warri, au Nigeria, sur plateforme pétrolière seule femme au milieu de 80 hommes.

Mais pourquoi a-t-il dit Non ? Voilà la vraie question. En fait, je le mets dans une situation inédite. Il n’a jamais recruté de femme pour ce poste et il n’a jamais imaginé qu’une femme pouvait aller se promener sur une plateforme. Il n’est absolument pas prêt pour une demande pareille. En lui adressant une requête directe, je le sors de sa zone de confort. La plupart des gens n’aiment pas l’inconnu et se bloquent. Et disent Non, sans forcément savoir pourquoi. C’est un réflexe de défense, tout simplement parce que cela n’a jamais été fait auparavant et les obstacles semblent insurmontables (Ceci dit, et ce n’est pas l’objet de ce papier, il n’avait pas complètement tort… Ce fut effectivement très compliqué au point que j’en ai fait un livre par la suite, La Pétroleuse).

Sauf que se contenter de suivre les instructions de son chef sans jamais braver de Non, permet rarement de faire des choses sortant de l’ordinaire et d’évoluer dans sa carrière.

Donc tout Non doit être analysé avant d’être accepté.

Si le Non vient après une intense réflexion et l’étude de tous les tenants et aboutissants du projet avec son supérieur, alors, il peut être valable. Quoique, cela peut aussi vouloir dire qu’il a été mal vendu, que le travail de collecte de données et les faits pour étayer notre théorie ne sont pas assez complets. Donc c’est le moment de se demander s’il y a une ouverture pour rouvrir le débat quelque temps plus tard une fois qu’on aura un dossier plus solide. Cependant, il faut éviter que cela ne tourne à l’obsession, on peut parfois avoir une deuxième chance, rarement une troisième.

Si le Non vient tout de suite, péremptoire, sans autre forme de procès, on repart à la bataille. La guerre n’est pas encore perdue. Peut-être qu’une expérience similaire a déjà été tentée sans succès. Il est alors important de comprendre ce qui n’a pas marché afin d’axer sa nouvelle proposition en en tenant compte, et en prouvant qu’un résultat positif est possible si on modifie certains paramètres. Il se peut également que les avancées technologiques aient rendu possible l’impossible. Mais, attention de ne pas se fermer à l’hypothèse qu’on a peut-être eu tort et qu’on avait sous-estimé certaines données. C’est aussi à cela que sert l’expérience !

Mais si le Non est juste un chef qui a décidé de ne pas bouger, ou qui était de mauvaise humeur ce jour-là alors là, c’est plus compliqué. Avoir une dispute avec son chef en frontal est rarement une bonne idée. Dans ce cas, essayer de négocier de pouvoir expérimenter son idée, peut-être à travers une étude pilote, ou sur un petit chantier sans risque. En gros, l’idée est de créer des preuves tangibles que notre projet tient la route sur le terrain, autrement qu’à travers des slides.

Et si tout cela ne marche pas, surtout si cela est arrivé plus d’une fois, alors, peut-être que votre esprit est trop novateur pour cette société et à vous de réfléchir si vous voulez continuer à faire ce qu’on vous dit sans poser de question ou s’il serait préférable de trouver un pâturage plus vert qui correspondrait mieux à votre personnalité.

Dans chacun des postes que j’ai eu, j’ai remis en cause l’ordre établi, j’ai transformé le poste. Cela n’a pas été facile et je me suis souvent heurtée au doute et au Non de mes managers, pourtant, j’ai su rebondir et les entraîner dans mon aventure.
Si vous me demandiez aujourd’hui ce qui m’a permis de gravir les échelons, ce refus de l’ordre établi viendrait clairement comme une des raisons majeures.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle