L’Entreprise Sentimentale

Décoder ce qui fait battre le cœur des entreprises

Le blog de Ludovic Herman

Les valeurs des grands patrons : ou quand Mark Zuckerberg oublia de clamer ce en quoi il croit

Publié le

Les valeurs des grands patrons : ou quand Mark Zuckerberg oublia de clamer ce en quoi il croit
© Wikimedia

Le 23 octobre dernier, le CEO de Facebook aurait pu, devant le Congrès, suivre ce que le monde entier lui enjoignait de faire : censurer les publicités politiques mensongères. Ou n’en diffuser aucune, à l’instar du racoleur Twitter qui, sur ce coup, joue au fayot des réseaux sociaux. Mark Z. aurait pu ne pas déplaire et même devenir populaire ! "Mazette, lui disaient ses amis, devient censeur de contrevérités au lieu d’être vérificateur d’identité." Il aurait pu choisir le bon côté de la force et ne pas nous soumettre à la tentation de publicités politiques ciblées sur nos préférences cachées. La démocratie aurait été sauvée car les électeurs protégés.
Que nenni ! Tel Dark Vador, il a préféré le côté obscur, ne s’est pas conformé et a laissé faire le marché.

Humaniste dans l’âme, j’aime qu’un CEO porte très haut ses valeurs. Je ne regrette donc pas tant sa décision que le fait qu’il ne l’ait pas expliquée, et n’ait pas clamé son pourquoi : ce en quoi il croit !

Je suis également certain que, comme toute personne dont le cœur bat (au-delà je ne sais pas), il a hésité, peut-être même pleuré face à ce dilemme cornélien entre censure pour notre bien et… liberté pour nous cliver. En effet, j’ai l’intuition masculine que derrière le trentenaire milliardaire qui désespère les coiffeurs, se cache un homme, un vrai : un ami, un mari, un fils et un père qui désire un monde meilleur. Un homme qui croit au tréfonds de lui-même que la Tech n’est pas du toc… qu’elle est même ce qui est arrivé de mieux à l’humanité depuis une éternité.

À sa décharge, le pauvre CEO (pauvre au sens figuré) a passé un mauvais quart d’heure pendant six heures. Il fit et fut à la peine : difficile de s’expliquer quand on est interrogé par des politiques surdoués en rhétorique. Certes, il y était allé de son plein gré au Congrès… car il ne visait rien de moins que de lui faire avaler la pilule de sa crypto monnaie (Libra) !

Mais tout de même, en bon coach empathique, j’ai souffert à ses côtés. J’espérais qu’en croisant le fer avec la star montante des démocrates, Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), une étincelle fertile jaillirait entre ce yin démocratique et ce yang technologique.

Or, quand ce moment est arrivé, ce fut la Bérézina. L’histoire entre Alexandria la Belle, l’élue la plus populaire de la terre, et Mark la Bête, le CEO de la Tech le plus riche de data sur vous et moi, fit long feu. Quel dommage ! Je donnerais à AOC mon bon dieu sans confession, je boirais ses paroles comme un chaton du petit lait. Oui ! Alexandria Ocasio-Cortez m’inspire une totale confiance et rayonne de sincérité.

Ce qui aurait pu être un débat constructif entre les croyances Tech vs. People, a plutôt ressemblé à un jeu de chamboule-tout. AOC, élue de gauche, fut en fait très adroite : elle l’a questionné sur ses valeurs, sur ce qu’il tolèrera… ou pas. Et là… patatras ! Alors que Mark aurait pu rééquilibrer le débat en crachant ses valdas i.e. en explicitant, avec émotion, ses croyances de patron… il est resté coi, pantois. Devant ce massacre je maudis intérieurement ses media trainers à mille dollars de l’heure qui l’ont programmé par cœur comme un chatbot d’ordinateur.

Mark, comme je suis sympathethic avec toi, je te livre gratos des croyances possiblement tiennes. Oui, je sais que tu crois que tes millions de users américains savent qu’une publicité politique est par définition orientée, qu’il n’y a pas de mensonge… car il n’y a pas de vérité dans la publicité ! Pas de vrai ! Au mieux du vraisemblable dans ces propagandes. Tu crois aussi dans tes users, qu’ils sont doués d’une grande intelligence et savent faire la différence entre une publicité… et une analyse politique. Et que croire le contraire serait quasi insultant pour ceux qui ont été élus par ces derniers.
Et si les politiques souhaitent tant que tu censures les publicités mensongères… qu’ils le fassent eux-mêmes ! Car au nom de quoi la Tech, non élue, devrait faire loi dans les élections ?

Last but not least, afin de te préparer pour les prochaines fois, je t’invite à prendre un spécialiste des cultures, croyances, valeurs. Spécialiste qui saura t’aider à te révéler au grand jour et faire parler ton cœur.  Tu verras, AOC te regardera différemment.

Ah, au fait Mark ! N’ayant pas de compte Facebook, je te laisse mon adresse e-mail.

Allez, bonne année and God Bless you MZ & AOC !

A LIRE SUR L'USINE NOUVELLE

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte