Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Cognitive

Le blog des experts des neurosciences

Quand la lumière améliore nos capacités cognitives au travail

Publié le

Quand la lumière améliore nos capacités cognitives au travail
© Bethany Legg - Unsplash

La population active passe 7 à 8h par jour sur son lieu de travail, que ce soit à son poste de travail ou dans les espaces associés. Il est donc essentiel que ces espaces respectent les besoins physiologiques et opérationnels des salariés, à la fois pour assurer un niveau de performances compatibles avec les besoins de productivité, mais aussi pour assurer une bonne qualité de vie au travail, favorisant la pérennité de l'entreprise et le bien-être des collaborateurs. Allant même plus loin, on parle aujourd'hui d'environnements de travail “capacitants”, favorisant une meilleure santé et le développement des capacités des individus.

Mais quel est réellement l'impact des espaces et de leurs aménagements sur les capacités des collaborateurs au quotidien ?
L'exemple de la lumière au travail apporte un éclairage intéressant.

Mis à part le cas particulier des travailleurs de nuit, le travail a essentiellement lieu de jour, au moment où la lumière est la plus intense. En hiver, cette plage horaire correspond même aux seuls moments de la journée où la lumière du soleil est présente. Or la lumière a un rôle majeur sur notre organisme. Ceux qui ont déjà vécu l'expérience de travailler dans un espace bénéficiant de peu de lumière naturelle, voire pas du tout, se sont sans doute rendu compte que ce type d'environnement au travail nous affecte. Mais qu'en est-il vraiment, et comment adapter les environnements de travail pour qu'ils deviennent plus “capacitants” ?

La lumière agit directement sur notre cerveau et nos capacités

L'effet de la lumière sur notre cerveau ne se cantonne pas à nos capacités visuelles, mais régit bel et bien nos capacités cognitives, notamment en nous rendant plus alerte, plus vigilant.

En effet, nos activités quotidiennes et nos rythmes veille-sommeil sont orchestrés par une horloge biologique circadienne (cycles d'environ 24h), située dans le centre de notre cerveau : le noyau suprachiasmatique [1]. Lorsque cette horloge est harmonieusement réglée au quotidien, le sommeil advient naturellement la nuit, et l'éveil est maintenu le jour, nous permettant de maintenir un niveau de vigilance élevé et notamment compatible avec le travail. Pour synchroniser (régler) cette horloge, la lumière est primordiale. À travers des cellules de la rétine particulièrement sensible à la “lumière bleue” (courtes longueurs d'onde), la lumière agit directement au niveau du noyau suprachiasmatique et bloque la sécrétion de la mélatonine, une hormone impliquée dans l'apparition du sommeil. La lumière bleue a donc un effet directement éveillant voire stimulant, lorsque l'exposition se fait à certains moments clés.

La lumière du soleil est naturellement riche en lumière bleue, et son intensité est importante même les jours nuageux, ce qui lui confère cette propriété éveillante. Le manque de lumière a quant à lui des effets néfastes sur la santé, la dépression saisonnière en étant un exemple. Au contraire, la luminothérapie a montré son efficacité contre la dépression, qu'elle soit saisonnière ou non, confirmant encore l'effet général de la lumière sur le cerveau [2].

Aujourd'hui les lumières artificielles, et notamment les technologies LED sont également riches en lumière bleue. C'est pour cette raison qu'il est déconseillé de regarder les écrans de smartphone, tablette ou ordinateur le soir avant le coucher, cela peut empêcher l'endormissement en agissant sur l'horloge de notre cerveau. Néanmoins ce type d'éclairage en journée pourrait s'avérer bénéfique pour compenser le manque de lumière naturelle de certains espaces et maintenir une bonne vigilance, aider à une bonne synchronisation, et améliorer ainsi la santé des collaborateurs.

En plus de notre horloge circadienne, les effets de la lumière impactent d'autres régions de notre cerveau. En effet, des études en IRM fonctionnelles montrent que l’exposition à la lumière bleue a un effet excitateur sur les zones impliquées dans la mémoire immédiate, appelée “mémoire de travail”, et améliore les performances associées [3]. D’autres études en laboratoire montrent que la lumière améliore significativement les tâches cognitives d’apprentissage et de temps de réaction, que ces tâches soient visuelles ou non [4]. De la même façon, l'éclairage au travail ne pourrait-il pas favoriser les pleines capacités des collaborateurs en plus d'améliorer leur santé ?

Des éclairages capacitants au travail

L'éclairage en milieu de travail est régit par des normes européennes, imposant un minimum d'intensité lumineuse, un confort visuel et un bon rendu des couleurs (NF EN 12464-1). Mais au delà du confort et des conditions minimales pour travailler correctement, est-ce que la modification de l’éclairage d’un espace de travail permettrait d’améliorer les rythmes veille-sommeil, la performance et la qualité de vie des travailleurs ?

C'est ce que certaines études suggèrent. L’exposition sur le poste de travail à des lumières artificielles enrichies en lumière bleue, et donc plus proches de la lumière naturelle, induit une augmentations de la vigilance, une amélioration de l’humeur, de la performance, de la concentration, ainsi qu’une diminution de l’irritabilité, et de la fatigue en fin de journée [5].
Les connaissances issues des laboratoires, ont donc été testées en environnement de travail réel et les résultats démontrent que ce type d'innovation dans les espaces de travail a un réel impact positif.

Ainsi, bien que sous estimée, l’intégration des données en sciences cognitives pour améliorer les espaces de travail peut donc constituer un levier réel d’innovation.

Le travail doit en effet pouvoir correspondre à un vecteur de développement pour les individus, et cela passe notamment par le fait de favoriser une meilleure santé pour les salariés. Le sommeil étant un déterminant essentiel de la santé, agir sur celui-ci à travers des facteurs aussi simples que la lumière peut avoir de nombreux bénéfices pour les salariés comme pour l'entreprise, en améliorant la vigilance et les capacités cognitives.

Aussi, à l'heure où les espaces de travail se réorganisent pour faire face aux mutations du travail, où le flex office et le télétravail se démocratisent, il est essentiel de tenir compte de l'innovation de la recherche en sciences cognitives : c'est en adoptant une approche multi-factorielle qu'il sera possible de concevoir des espaces plus respectueux de l'humain et de ses besoins.


Références
[1] Froy O. Circadian Rhythms, Aging, and Life Span in Mammals. Physiology 2011; 26: 225–235.
[2] Terman M, Terman JS. Light therapy for seasonal and nonseasonal depression: efficacy, protocol, safety, and side effects. CNS Spectr. 2005; 10: 647–63; quiz 672.
[3] Smith R, Pisner DA, Shane BR, Vanuk JR, Killgore WDS, Berryhill SM, et al. Exposure to Blue Light Increases Subsequent Functional Activation of the Prefrontal Cortex During Performance of a Working Memory Task. Sleep 2016; 39: 1671–1680.
[4] Vandewalle G, Maquet P, Dijk D-J. Light as a modulator of cognitive brain function. Trends Cogn. Sci. 2009; 13: 429–438.
[5] Viola, A.U., James, L.M., Schlangen, L.J.M., & Dijk, D. Blue-enriched white light in the workplace improves self-reported alertness, performance and sleep quality. Scand. J. Work. Environ. Health 2018; 34: 297–306.
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle