Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Cognitive

Le blog des experts des neurosciences

Le tabou de la sieste en entreprise face à l’essor des "power naps"

Publié le

Le tabou de la sieste en entreprise face à l’essor des power naps

Si aujourd’hui le sujet de la sieste fait encore débat en entreprise, c’est que, malgré une lente prise de conscience des avantages apportés par ces shots de sommeil, les résistances contre cette pratique sont loin d’avoir été adressées.

La sieste, un recours pour les cas extrêmes ?

La sieste est aujourd'hui recommandée et mise en place en collaboration avec les médecins du travail dans le cadre de la prévention des risques pour les travailleurs postés (horaire décalés, travail de nuit, en 3 x 8) et pour les agents avec de longs services et/ou décalage horaire, comme les pilotes de lignes longue distance ou le personnel hospitalier. Prises à des moments particuliers, ces périodes additionnelles de sommeil de courte ou moyenne durée (20 minutes à 1h45) ont prouvé leur efficacité pour diminuer la somnolence et le risque d’erreur ou d’accident, et minimiser l’impact d’un rythme décalé sur le bien-être et la santé des employés [1,2,3]. Mais l’intérêt de la sieste ne se borne pas à limiter les dégâts pour les travailleurs devant gérer un sommeil insuffisant, irrégulier ou fragmenté.

 

La sieste, un besoin physiologique…

La vigilance varie naturellement en fonction de l'heure de la journée, et une augmentation de l’envie de dormir, associée à une baisse des performances, a lieu autour de 15h en moyenne [4]. Contrairement à une croyance très répandue, ce pic de somnolence survient indépendamment de la digestion (mais celle-ci peut accentuer son intensité [4]). Cette somnolence en début d’après-midi est variable selon les individus : elle concerne particulièrement entre 30 et 40% des adultes sains [5]. Difficile alors d'ignorer un problème qui touche une part si significative des salariés. Ce sont eux qui luttent contre le sommeil et qui sont parfois prêts à s’enfermer dans les toilettes pour laisser le sommeil les gagner en toute tranquillité ! (Non, ceci n'est pas un mythe, de telles pratiques nous ont été rapportées par des collaborateurs de différentes sociétés françaises, jusqu'au sein même des DRH). Pour ces personnes, la sieste n'est pas un signe de paresse ou d'oisiveté, mais répond à un besoin physiologique. Elle leur évite de s'épuiser à lutter contre le sommeil et de perdre en efficacité. En effet, rien ne sert de lutter : comme le rapporte un expert de la recherche sur le sommeil : “notre cerveau trouvera toujours le moyen de dormir”.

Le hic? Le reste de la population (entre 60 et 70% des adultes actifs) ne ressent pas le besoin de dormir, voire n’arrive pas à trouver le sommeil même en essayant, au cours de la journée. Il est alors difficile de se mettre à la place de cette minorité qui aimerait faire la sieste pour des raisons objectives de bien-être et de productivité. Et les résistances sont encore nombreuses : "Ils n’ont qu’à se coucher plus tôt le soir, ce n’est pas à l’entreprise de gérer leur sommeil".

La sieste comme outil de productivité et de bien-être

Le power napping consiste à faire une sieste de courte durée (20 minutes maximum) pour restaurer sa vigilance et son efficacité lorsque l’envie de dormir et les signes de somnolence apparaissent en début d’après-midi. Il faut néanmoins faire attention à deux choses : 1- mettre un réveil pour ne pas dépasser 20 minutes de sieste (on risquerait de passer en sommeil profond duquel il est difficile d’émerger), et 2- ne pas la faire après 16h pour éviter des problèmes d’endormissement le soir venu. Cette pratique de la sieste s’inscrit d'ailleurs dans une bonne hygiène de sommeil, et ce à tout âge.

Vingt minutes dans une journée de travail, ce n’est pas grand chose par rapport au gain de vigilance, de performances et d’efficacité qui s'en suit ! D'autant plus que ces 20 minutes de sieste seraient prises au moment où la somnolence est la plus forte et associée à un risque d’erreur accru (accident ou erreur de jugement). 

Un accompagnement des transformations

Dans un contexte où les entreprises cherchent à optimiser les espaces de travail, il est souvent difficile de prévoir des salles adaptées pour la sieste (des "cocons de sommeil" voient d’ailleurs le jour pour répondre à cette contrainte). Mais quand bien même il y aurait des espaces dédiés, une sensibilisation aux bonnes pratiques et à la tolérance envers la sieste reste indispensable. Cela passe par exemple par la promotion d’alternatives à la sieste auprès des non-siesteurs, qui leur permettraient à eux aussi de déconnecter temporairement pour diminuer l’accumulation de la fatigue mentale au cours de la journée de travail.

Ainsi il faut pouvoir inscrire ces temps et espaces de siestes au cœur d’une transformation plus large en lien avec le droit à la déconnexion sur les temps de travail. Ce sera l’objet d’un prochain article de L’Usine cognitive !


Références

[1] Macchi MM, Boulos Z, Ranney T, Simmons L, Campbell SS (2002) Effects of an afternoon nap on nighttime alertness and performance in long-haul drivers. Accid Anal Prev 34:825–834.

[2] Schweitzer PK, Randazzo AC, Stone K, Erman M, Walsh JK (2006) Laboratory and Field
Studies of Naps and Caffeine as Practical Countermeasures For Sleep-Wake Problems Associated With Night Work. Sleep 29:39–50

[3] Rosekind M, Graeber RC, Dinges DF, Connell LJ, Rountree MS, Spinweber CL, Gillen KA (1994) Crew factors in flight operations IX: effects of planned cockpit rest on crew performance and alertness in long-haul operations. NASA Tech Memo.

[4] Carskadon MA, Dement WC (1987) Daytime sleepiness: Quantification of a behavioral state. Neurosci Biobehav Rev 11:307–317

[5] Carrier J, Monk TH (2000) Circadian Rhythms of Performance?: New Trends. 17:719–732.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle