L'Usine Cognitive

Le blog des experts des neurosciences

Confinement et télétravail prolongé: comment prévenir les risques pour les salarié.e.s?

Publié le

Confinement et télétravail prolongé: comment prévenir les risques pour les salarié.e.s?
© Photo by Ethan Sykes on Unsplash

En cette quatrième semaine de confinement, nous suivons avec appréhension les bilans humains, économiques, sanitaires de la crise actuelle. Il est cependant un indicateur qu'il est important de surveiller avec attention : notre état psychologique. Le journal médical The Lancet a publié fin février une revue de la littérature sur l’impact psychologique de la quarantaine, qui permet d'évaluer les risques potentiels de cette situation pour la santé mentale des individus [1]. Alors malgré le caractère exceptionnel de la situation, et le niveau d’incertitude maximale qui l’entoure, il est nécessaire d'anticiper et de prévenir les conséquences en matière de risques psycho-sociaux encourus par les individus.

De nombreux effets négatifs à prévenir

Les études examinées dans la revue du Lancet, investiguant des épisodes de quarantaine parfois bien différents de celui que nous vivons actuellement, ont signalé que des effets psychologiques négatifs peuvent survenir, notamment des signes d'anxiété, de la confusion, de la colère et des niveaux de stress pouvant être très élevés [1]. Même s'il est important de rappeler que l'être humain est très résilient et que la majorité des individus en quarantaine ne développent pas ces symptômes, ceux-ci apparaissent jusqu'à trois fois plus fréquemment qu'en temps normal.

Parmi les facteurs responsables de cet état psychologique, on compte le degré d’incertitude auquel nous faisons face, notamment quant à la durée du confinement et aux retombées économiques et sociales de cette crise. Enfin, la perte de la routine habituelle et la réduction des interactions sociales et physiques peut également nous amener à un sentiment élevé de frustration et un sentiment d'isolement du reste du monde [2].

Au-delà des mesures mises en place par le gouvernement en termes de santé publique, les entreprises ont ici un rôle majeur à jouer pour réduire les risques associés au confinement. En effet, la réorganisation brutale des modes de travail, et la coupure avec le cadre et les ressources de l’entreprise, peuvent avoir un retentissement négatif sur le bien-être des salarié.e.s. Pour minimiser les risques et protéger leurs ressources humaines, les organisations doivent ainsi redoubler d’efforts pour préserver l’engagement et le "capital social" des individus.

Préserver l’engagement en facilitant le travail malgré des conditions difficiles et inégales

Pour les salarié.e.s, une autre forme de stress peut apparaître en cette période: une "détresse professionnelle" liée au sentiment d’impuissance ou à l’impression d’inefficacité dans la réalisation de son travail. Malheureusement, depuis le début de la crise, les nombreuses réorganisations et les conditions de travail dégradées ne permettent pas toujours un maintien de l’activité. En effet, l’aménagement de l’espace, des outils et des horaires de travail nécessaires à celle-ci sont désormais à la charge de l'individu alors qu'ils étaient auparavant gérés par l'entreprise. Il est alors crucial que chacun puisse se recréer des conditions de travail les plus équilibrées possibles avec le maximum d'autonomie. Cet équilibre est la clé pour réussir à s’engager dans son activité et à tenir sur la durée. Pour cela, il est important de se recréer des rituels et des espace-temps dédiés aux activités les plus structurantes: la concentration (hors connexion), la collaboration à distance, les temps d’échanges informels avec ses collègues, mais aussi des temps de pauses durant la journée, et de vrais temps de récupération hors des horaires habituels de travail. En effet, le télétravail comporte un réel risque de surcharge cognitive et d’une diminution de ces temps de récupération pourtant si essentiels. À cet effet, une formation gratuite et sans inscription reposant sur l’approche cognitive et comportementale est disponible pour aider les personnes concernées à réduire les risques associés au télétravail prolongé.

Préserver le capital social malgré la distance

Nos comportements sociaux sont également transformés par cette crise de façon radicale. L’incidence de l’isolation physique est amplifiée par le fait que nous sommes des animaux sociaux, dotés d’un capital social qui joue un rôle fondamental dans notre vie. Ce capital social correspond ici à l'ensemble des ressources sociales dont peuvent disposer les individus pour se soutenir mutuellement, s’entraider, ou agir ensemble [3]. Aussi, la qualité de l’environnement social dont disposent les salarié.e.s sur leur lieu de travail est un prédicteur fort de leur santé et de leur bien-être. À l’inverse, les salarié.e.s travaillant dans une équipe où le capital social est plus faible présentent davantage de prédispositions à des problèmes de santé, et ce, même s'ils ne le perçoivent pas comme tel [4]. De la même façon, cela peut se répercuter sur l’efficacité au travail: les salarié.e.s recevant un faible support social au travail font état d’un niveau de satisfaction au travail moindre, et de performances diminuées. Or la confiance et le soutien, piliers de ce capital social et déterminants dans la réussite des équipes [5], sont tous deux mis à mal par le contexte actuel.

Pour préserver le capital social au travail, il faut donc faire preuve de confiance envers ses collaborateurs malgré la distance, et éviter un suivi permanent des activités accomplies. Cette confiance peut passer par le fait de donner des objectifs réalisables à court et moyen terme, mais également de laisser les salarié.e.s disposer d’une liberté d’organisation. Cette marge de manœuvre est d’autant plus importante que chacun d’entre nous dispose de conditions de télétravail différentes et plus ou moins favorables.

Afin de favoriser le soutien, il est également essentiel de s’informer régulièrement de l'état de son équipe, et de s’assurer que la qualité des feedbacks n’est pas dégradée.

La réorganisation du travail liée au confinement touche de nombreuses organisations qui doivent alors proposer des solutions aux salarié.e.s dont le quotidien de travail a été bouleversé. Afin de réduire le stress potentiellement lié à cette transformation, il est donc nécessaire que les entreprises et les managers considèrent les difficultés auxquelles font face les salarié.e.s, et qu'ils œuvrent à instaurer un juste équilibre permettant de préserver le lien social et de laisser la liberté à chacun de trouver son rythme pour rester engagé.e dans la durée, en toute confiance. Cette confiance est aujourd'hui plus primordiale que jamais, puisque l'on sait que croire en son équipe renforce ses chances de réussite.


Références
1. Brooks, Samantha K et al. The psychological impact of quarantine and how to reduce it: rapid review of the evidence. The Lancet, Volume 395, Issue 10227, 912 – 92
2. Wilken JA, Pordell P, Goode B, et al. Knowledge, attitudes, and practices among members of households actively monitored or quarantined to prevent transmission of Ebola virus disease–Margibi County, Liberia: February–March 2015. Prehosp Disaster Med 2017; 32: 673–78.
3. Shortt SED: Making sense of social capital, health and policy. Health Policy 2004, 70:11-22.
4. Oksanen, T., Kouvonen, A., Kivimäki, M., Pentti, J., Virtanen, M., Linna, A., & Vahtera, J. (2008). Social capital at work as a predictor of employee health: multilevel evidence from work units in Finland. Social science & medicine, 66(3), 637-649
5. Whiteley, P., Sy, T., & Johnson, S. K. (2012). Leaders' conceptions of followers: Implications for naturally occurring Pygmalion effects. The Leadership Quarterly, 23(5), 822-834.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte