Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

Tous malades du climat?

Publié le

Tous malades du climat?
© Chris_LeBoutillier

Les données météorologiques fournies par le service européen Copernicus sont formelles : le mois de novembre 2020 est le plus chaud enregistré jusqu’à présent. Un symptôme de plus de l’urgence climatique qui frappe la Terre. Une maladie aiguë, dans tous les sens du terme. Car cette hausse de température globale a des effets directs sur notre santé, comme le souligne le rapport annuel "The Lancet Countdown", publié le 2 décembre dernier par la prestigieuse revue médicale britannique. Des conséquences sanitaires qui devraient être prises en considération dans le contexte de Covid-19, afin que les plans de relance soient de véritables leviers d’amélioration de la santé publique via la préservation de l’environnement. Dans le cas contraire, le diagnostic risquerait de s’assombrir…

Une surmortalité provoquée par les vagues de chaleur

Cette cinquième édition du "compte à rebours sur la santé et le changement climatique" du Lancet s’appuie sur le travail de 35 organismes scientifiques, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Ce rapport démontre que tous les pays, riches ou pauvres, sont désormais concernés par les effets du dérèglement climatique sur la santé. La surmortalité liée aux vagues de chaleur, accentuant la gravité de troubles respiratoires ou cardiaques, est en effet devenue préoccupante. A l’échelle planétaire, ces vingt dernières années, les décès directement liés à la canicule ont augmenté de 54 % chez les plus de 65 ans, pour atteindre près de 300 000 morts en 2018.

Avec plus de 104 000 morts au total, la grande région Europe-Asie centrale est la plus touchée. Cette vulnérabilité particulière aux températures extrêmes s’explique par une population âgée, la prévalence plus forte de maladies cardiovasculaires dont la chaleur aggrave les effets, ainsi que des formes urbaines plus propices aux îlots de chaleur. Ces trois facteurs de risque sont très marqués en France, qui fait partie des pays dont les plus de 65 ans sont les plus exposés aux vagues de chaleur selon les scientifiques.

Des maladies infectieuses et des famines plus fréquentes

L’augmentation des aléas climatiques extrêmes met immédiatement en péril les populations, via les inondations et les incendies qui se multiplient. Selon le rapport du Lancet, 128 pays ont ainsi connu une augmentation de l’exposition de leur population aux feux depuis le début des années 2000. Le réchauffement climatique favorise également l’extension des aires de vie des insectes vecteurs de maladies infectieuses, comme le paludisme ou la dengue, tandis que les sécheresses affectent la qualité des eaux et favorisent l’émergence d’épidémies de choléra. Le dérèglement climatique réduit également les récoltes, ce qui provoque famines et malnutrition.

Les vagues de chaleur accroissent la pauvreté. Elles ont ainsi entraîné la perte de 302 milliards d’heures de travail en 2019 dans le monde, essentiellement dans le secteur agricole. L’Asie est particulièrement concernée, avec une diminution annuelle du PIB de l’Inde ou de l’Indonésie de l’ordre de 4 à 6 %. Ces baisses de revenus impactent la santé des plus fragiles, dans des régions où les structures sanitaires peinent à affronter les aléas climatiques. Seule la moitié des pays étudiés par ce rapport ont ainsi élaboré des plans nationaux d’adaptation des systèmes de santé au changement climatique, et moins de la moitié ont procédé à des évaluations de leur vulnérabilité aux vagues de chaleur.

Si aucune mesure urgente n’est prise, la crise climatique pourrait saper les progrès des cinquante dernières années en matière de santé publique et affecter la vie de millions de personnes à travers la planète. Face à cette perspective, les experts sont unanimes : il faut limiter de toute urgence et de manière pérenne les émissions de gaz à effet de serre. Ce qui implique de réduire drastiquement l’usage des énergies fossiles, en particulier dans les transports, et d’effectuer une transition vers des régimes alimentaires beaucoup moins carnés. Une question de vie ou de mort.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte