Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

Repenser la croissance face au changement climatique

Publié le

Repenser la croissance face au changement climatique
© Nasa

"Pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C, il faudrait modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société […]".

C’est en ces termes particulièrement forts que débute le communiqué officiel du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Changement climatique (GIEC) du 8 octobre dernier, accompagnant la publication de son rapport sur les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre permettant de limiter le réchauffement planétaire. Basé sur l’étude de plus de 6 000 publications scientifiques, le GIEC a comparé les impacts de scénarios de réchauffement global à +1,5°C et +2°C, et démontré à quel point ce petit demi-degré de différence pourrait fondamentalement modifier notre environnement, qu’il s’agisse de biodiversité, d’approvisionnement alimentaire ou d’élévation du niveau global des mers.

Le même jour, l’équivalent du prix Nobel d'économie 2018 était remis aux américains William Nordhaus et Paul Romer pour leurs travaux sur les impacts de  l'activité économique sur le climat et sur la manière dont les innovations technologiques pouvaient contribuer à une croissance durable. Un calendrier qui n’avait bien évidemment rien d’anodin, tant la question des effets de la croissance sur l’environnement occupe une place croissante dans le débat scientifique.

Peut-on concilier croissance économique et réduction de l’empreinte de l’homme sur la planète ? Comment imaginer une croissance infinie quand la production de biens repose - pour l’essentiel – sur des ressources finies ? Les indicateurs de croissance, reposant sur une approche comptable de l’activité économique, sont-ils adaptés pour orienter le développement de notre civilisation face aux grands enjeux environnementaux, qui vont profondément modifier nos modes de vie dans les années à venir ?

Au-delà du débat théorique se pose la question bien plus concrète de l’adaptation de notre appareil de production à l’évolution du climat, aujourd’hui parfaitement bien décrite. Bien sûr, il faudra réduire les émissions de gaz à effet de serre et imaginer les solutions techniques permettant de limiter les impacts des bouleversements climatiques sur nos vies. Mais il faudra également anticiper les changements de modes de consommation induits par ces bouleversements, en proposant des produits et des services conçus autour des enjeux de sobriété, d’efficacité énergétique, de préservation et d’économie des ressources naturelles, de recyclage. Un avenir où les bioressources renouvelables, produites durablement, remplaceront des matières premières fossiles devenues plus rares et plus chères.

Repenser la croissance en la rendant plus verte ou imaginer  une "post-croissance" fondée sur la sobriété ne relève pas que du débat théorique : c’est une question centrale pour penser l’avenir de l’industrie. Les marches citoyennes pour le climat qui se sont déroulées ces dernières semaines montrent à quel point cette question a quitté le champ de la science pour envahir celui du débat sociétal. Et qu’il devient urgent d’y répondre…
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte