Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

Quand un arbre meurt…

Publié le

Quand un arbre meurt…
Les forêts françaises ont particulièrement souffert de la sécheresse de l'été 2020.
© Yong Chuan - Unsplash

Chaque 5 septembre, le Brésil commémore la fondation de l'Etat d'Amazonas par l'empereur Pedro II en 1850. Une journée habituellement dédiée à la plus grande forêt tropicale de la planète. Une célébration mise en sourdine cette année par la présidence Bolsonaro, qui a détricoté l’ensemble des dispositifs de protection de cet écosystème exceptionnel. Ce qui se traduit par une recrudescence de feux. Dans le même temps, les forêts françaises se dessèchent. De quoi s’interroger sur l’avenir des forêts planétaires, puits de carbone et réserves de biodiversité, alors même que les bioressources forestières pourraient contribuer à notre adaptation au dérèglement climatique. Selon un proverbe africain, celui qui plante un arbre avant de mourir n'a pas vécu inutilement. Face à ces destructions, il ne nous reste donc plus qu’à replanter pour nous rendre utiles...

L’Amazonie brûle, cette année encore

En Amazonie, la déforestation se serait accrue de 34 % cette année par rapport à 2019. Ainsi, en août, il y aurait eu près de 30000 foyers d’incendies, représentant l’équivalent de deux terrains de football détruits illégalement chaque minute. La principale cause en est l’agriculture sur brûlis, pourtant officiellement interdite, qui permet de gagner des terres notamment pour l’agro-business d’exportation. Les services publics de protection de l’environnement ayant été en partie démantelés, la police ne contrôle pratiquement pas ces actions et les infractions ne sont pas sanctionnées. Face à ces actes, des ONG s’interposent. Mais les relations entre le gouvernement et la société civile sont plus que difficiles, le président Bolsonaro ayant récemment qualifié les organisations non-gouvernementales de "cancer".

En France, la sécheresse détruit les forêts

En France, la situation est également inquiétante. La sécheresse de cet été, qui s’est traduite par un mois et demi sans pluie pour certaines régions, s’est caractérisée par des températures particulièrement chaudes, une atmosphère très sèche et beaucoup de vent, ce qui a significativement réduit l'efficacité des pluies pour ressourcer les sols et les nappes phréatiques. Les arbres ont particulièrement souffert, des dépérissements au niveau du feuillage ayant été observé dès juillet. Une réaction physiologique, les feuilles fermant leurs stomates servant à l’évapo-transpiration de l’arbre, pour essayer de se protéger d’une chaleur excessive. L’arbre finit alors par se dessécher, les feuillus pouvant perdre l’intégralité de leur feuillage. Certains pourront repartir, d’autres pas. Quant aux conifères, un fois roussis, ils peuvent être considérés comme morts. A l’échelle de paysages, peu de dépérissements massifs sur des milliers d’arbres sont observés, mais quelques individus meurent par endroit. Des forêts en survie, donc, qui seront sans doute confrontées à des épisodes de sécheresse récurrents avec le dérèglement climatique en cours.

Protéger l’existant, planter l’avenir

Protéger les forêts tropicales et européennes constitue de fait un défi dont nous devons nous emparer. Dans le cas de l’Amazonie, les forêts brûlent pour développer une agriculture intensive d’exportation, notamment vers l’Europe, d’aliments destinés à notre bétail ou à nos assiettes. Relocaliser notre système alimentaire, développer l’autonomie de nos exploitations agricoles en limitant leur dépendance à des tourteaux de soja importés de l’autre bout de la planète, constituent autant de leviers de préservation de l’Amazonie. Plus près de nous, pour adapter notre forêt au changement climatique, la sélection et la plantation d’essences locales plus résistantes à la sécheresse constitue une voie d’avenir, par exemple en implantant des chênes du sud de l’Europe dans nos forêts. Les mélanges de populations d’arbres, et non la plantation de clones, peut également constituer un facteur de résistance à la sécheresse. Des solutions de long terme, à mettre en œuvre dès à présent. Nul autre choix n’est envisageable…

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte