Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

Manger local, un facteur de mutation des filières agroalimentaires

Publié le

Manger local, un facteur de mutation des filières agroalimentaires

Les circuits courts sont à la mode. Leur développement est associé à l’idée selon laquelle manger local serait, par définition, bon pour la planète. Un présupposé qui mérite d’être discuté...

Des impacts environnementaux variables

Les projets alimentaires territoriaux se multiplient. Derrière ces intitulés se rangent des modèles agricoles très variés : en termes de durabilité, tous ces projets ne se valent pas. Comme l’avait souligné en 2013 le Commissariat général au développement durable, les avantages des circuits courts ne sont pas forcément ceux que l’on croit [1]. Le mode de production agricole, reposant ou non sur l’emploi d’engrais chimiques et de pesticides, représente plus de 55% des émissions de gaz à effet de serre d’un produit alimentaire, évaluées tout au long de son cycle de vie. Le transport, lui, seulement 17%...

Par conséquent, un aliment produit à côté de chez soi, s’il est issu d’un mode de production intensif, ne présentera pas une empreinte carbone plus favorable qu’un aliment bio ou issu de l’agroécologie, produit plus loin et acheminé en conteneur ou par camion...

Pour ce qui relève des enjeux économiques, en revanche, manger local présente des atouts : en réduisant le nombre d’intermédiaires, voire en permettant une relation directe entre le producteur et le consommateur, la marge perçue par les agriculteurs est plus forte. Ce qui contribue à préserver l’emploi dans les territoires ruraux.

La vente directe, notamment à la ferme, permet en outre de recréer un contact entre producteurs et consommateurs, et ainsi reconstruire une confiance dans l’alimentation altérée par quelques scandales, comme celui des lasagnes à la viande de cheval de 2013…

Reconstruire des filières agroalimentaires de proximité

L’engouement pour le "manger local et naturel", qu’il soit associé à l’agriculture biologique ou à l’agroécologie, semble constituer une tendance de fond qui pourrait modifier en profondeur les filières alimentaires. Et implique de remettre à plat les politiques publiques accompagnant la transition de l’agriculture.

L’agriculture européenne s’est en effet progressivement construite autour de filières longues, parallèlement à l’intensification des modes de production et à la spécialisation des territoires. Ainsi, l’élevage et les industries de transformation de la viande se sont implantés dans l’Ouest, tandis que les filières céréalières se développaient en Beauce. Re-territorialiser les systèmes alimentaires en réponse aux demandes des consommateurs impliquerait donc de déspécialiser les régions agricoles et de recréer des outils de transformation là où ils ont disparu. Une mutation qui ne peut être envisagée que sur un pas de temps long…

Cette évolution apparaît comme l’un des scénarios possibles de transition de notre agriculture à long terme. Ainsi, le scénario de prospective Afterres 2050 élaboré par Solagro envisage l’avenir de notre système alimentaire dans une perspective d’adaptation au changement climatique, d’épuisement des ressources naturelles et d’accroissement de la population. La mise en œuvre de ce scénario nécessite de repenser fondamentalement notre alimentation, en consommant des produits locaux, bio ou issus de l’agroécologie, provenant d’exploitations diversifiées, couplant élevage et cultures…

La mode du manger local semble donc constituer une tendance répondant tout à la fois aux demandes des consommateurs et aux défis de la transition écologique des filières agroalimentaires. Une mutation qu’il est indispensable d’anticiper dès aujourd’hui et d’accompagner. La réforme de la politique agricole commune, qui s’ouvrira dans les prochains mois, constituera à ce titre un rendez-vous à ne pas manquer…

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle