Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

Le bilan carbone du commerce international

Publié le

Le bilan carbone du commerce international
© Cdiscount

Grâce à son mix énergétique décarboné, la France se positionne parmi les pays occidentaux dont les émissions de gaz à effet de serre par habitant sont les plus faibles. De quoi pousser un grand cocorico. Pourtant, une fois pris en compte le solde des émissions liées aux importations et aux exportations, l’empreinte carbone de notre pays grimpe de 33 % par rapport à la quantité brute de CO2 émise selon les chiffres du ministère de la Transition écologique et solidaire [1]. Finalement, pas de quoi pavoiser. Mais l’occasion de nous interroger sur le bilan carbone de l’internationalisation des échanges commerciaux...

L’empreinte carbone, l’angle mort du débat climatique

L'empreinte carbone constitue le meilleur moyen d’évaluer la totalité des émissions de gaz à effet de serre produits par une activité humaine, en tenant compte de ce qui entre et sort d’un territoire donné. Car comptabiliser les émissions liées aux importations est essentiel. Les biens importés peuvent être produits à partir d’énergies fossiles ou reposer sur des modes de productions destructeurs de puits de carbone, comme certains produits agricoles issus de la déforestation.

Selon le Commissariat général au développement durable, la quantité de CO2 émise par la France résulte pour 70 % des activités de production et de services et pour 30 % des ménages. Le progrès technique a permis de faire baisser tendanciellement le niveau d’émissions par unité produite, mais ce gain a été rapidement compensé par l’augmentation du niveau de production et de consommation. Un effet rebond assez classique…

L'empreinte carbone de la France augmente ainsi régulièrement : selon le rapport du Haut conseil pour le climat de 2019, l'empreinte carbone des Français a augmenté de 20 % entre 1995 et 2015 et les émissions importées représenteraient 60 % des émissions nationales en 2015. Bref, le commerce international alourdit la facture climatique…

Réorienter le commerce international

Face à ces constats, de plus en plus de voix s’élèvent pour repenser fondamentalement le commerce international. Ainsi, l’Institut Veblen et la Fondation pour la nature et l’homme ont publié en octobre 2019 un ensemble de recommandations visant à "mettre le commerce international au service de la transition écologique et sociale" et ainsi réorienter la politique commerciale européenne. Parmi les propositions des deux organismes, l’inclusion dans les accords commerciaux bilatéraux de clauses de suspension en cas de non-respect des engagements internationaux climatiques. Un point essentiel.

La mise en œuvre d’une taxe carbone aux frontières constituerait une autre solution, permettant de rehausser le prix des produits importés fortement émetteurs de carbone, d’améliorer la compétitivité des productions européennes et de limiter les risques de fuite carbone. Un élément majeur pour la reterritorialisation de productions, notamment agricoles, qui pourrait contribuer à la protection d’écosystèmes à l’autre bout du monde.

Des mesures ambitieuses, qui ne doivent cependant pas occulter le rôle propre des consommateurs, dont les choix sont déterminants dans le bilan carbone de notre pays. Consommer local, exclure les productions reposant sur des énergies fossiles, autant de bonnes mesures nécessitant néanmoins que le consommateur soit informé des impacts carbone de ce qu’il achète. Une information qui impliquerait de systématiser l’affichage environnemental des produits de consommation et des services. Un autre sujet d’avenir…

 

[1] https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/co2-et-activites-economiques-de-la-france-tendances-1990-2007-et-facteurs-devolution?rubrique=&dossier=1286

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte