Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

La revanche de la petite reine

Publié le

La revanche de la petite reine
© Tookapic/Pexels

Les professionnels de l’industrie automobile réclament un plan de relance ambitieux pour sortir leur secteur de la crise. Un plan de relance qui pourrait se chiffrer en milliards d’euros de prêts bancaires et de prêts de l’Etat. Dans le même temps, les grandes villes multiplient les pistes cyclables, à moindre coût, en s’appuyant sur les principes de l’urbanisme tactique. Pour la puissance publique, deux traitements radicalement différents pour ces deux modes de transport, ne répondant pas tout à fait aux mêmes besoins. Mais dont les effets sur le climat sont particulièrement contrastés… De quoi s’interroger sur la priorisation des soutiens publics aux mobilités à l’avenir. Ainsi que sur la place allouée au vélo dans les mobilités de l’"après-Covid". Donc simple effet de mode ou véritable révolution durable ?

En ville, une génération spontanée de pistes cyclables

La mairie de Paris a pris la décision de réserver la rue de Rivoli aux deux-roues. Une première mesure symbolique qui a été largement prolongée, puisque cinquante kilomètres de rues se sont ainsi transformées en pistes cyclables dans le cadre du plan de déconfinement de la capitale. Des initiatives également observées dans les territoires : ce sont ainsi plus de 1 000 km de pistes cyclables temporaires qui sont apparues dans des métropoles comme Nantes, Rennes ou Strasbourg. Mais également dans des villes plus petites comme Orgères (Ille-et-Vilaine), Granville (Manche) ou Saint-Quay-Perros (Côtes-d’Armor).

Cet engouement est lié à la perception même du vélo, qui apparaît plus sûr pour respecter les consignes de distanciation physique que les transports en commun. Au-delà, la bicyclette ne pollue pas, à l’inverse de la voiture, et ne provoque pas de bouchons. Pour atteindre ces résultats, les communes concernées ont mis en place des aménagements légers et faciles à installer : plots, tracés à la peinture, bacs à fleurs pour ralentir la circulation automobile, feux tricolores temporaires, matériel de chantier. Des aménagements qui ne coûtent donc pas grand-chose au contribuable : l’un des fondements de l’urbanisme tactique…

L’urbanisme tactique, nouveau référentiel

En effet, l’urbanisme tactique s’appuie sur des aménagements temporaires pour faire la démonstration de changements des mobilités dans un espace public, et donc de l’influence de l’aménagement urbain sur le comportement des usagers. Un concept, créé en 2005 à San Francisco par le Collectif Rebar et théorisé par l'urbaniste américain Mike Lydon, qui s’appuie sur trois grands principes : des projets de petite échelle, de court terme et low cost. Il s’agit donc de prendre le contre-pied absolu des grands projets d'aménagement urbain portés par les collectivités. Selon l’ampleur de la transformation envisagée, l’aménagement peut en effet être mis en œuvre en quelques jours seulement.

Une démarche qui s’appuie fondamentalement sur la co-construction et la démocratie participative locale pour adapter l’aménagement aux besoins des populations concernées, leur permettant ainsi de se ré-approprier l'espace public. Des aménagements qui accélèrent les processus de transformation de la ville car ils permettent de multiplier les expérimentations, de disposer rapidement de retours d'expérience tout en maintenant la mobilisation des habitants. Autant de projets permettant de construire une ville "agile" et "frugale", capable d'évoluer et de s'adapter en fonction des besoins, à rebours du concept de la smart city, plus technophile et centralisée.

Autant d’initiatives et de dynamiques locales qui pourraient signer le glas du tout voiture dans les métropoles. Et nécessiter de repenser les aménagements urbains au profit des vélos, sur le temps long. De petites révolutions à anticiper pour accompagner en profondeur la transition des filières automobiles, dont la crise sanitaire et économique actuelle a souligné la vulnérabilité. Un défi de plus pour ne pas passer à côté des nécessaires transformations de notre appareil productif de l’"après-Covid"…

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte