Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

Finis ton assiette ! Le gaspillage alimentaire, un désastre environnemental

Publié le

Finis ton assiette ! Le gaspillage alimentaire, un désastre environnemental
© Tina Dawson - Unsplash

Réuni à Paris du 29 avril au 4 mai, l’Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services a mis en évidence la rapidité de l’érosion de la biodiversité à l’échelle mondiale. Une extinction massive concernant à terme un million d’espèces sauvages, dont les deux principales causes sont le changement d’usage des sols et la surexploitation des océans. Bref, une agriculture et une pêche intensives, destinées à nous nourrir. De quoi rappeler à quel point notre alimentation détermine l’état de la planète. Et qu’à ce titre les aliments ne doivent pas être gaspillés.

Le gaspillage alimentaire, un désastre environnemental

Selon l’Ademe, chaque consommateur français gaspille 29 kg d’aliments par an à son domicile, dont 7 kg d’aliments encore emballés. Si on examine l’ensemble des pertes et gaspillages tout au long de la chaîne de production des aliments, c’est près de 150 kg de produits agroalimentaires par habitant et par an qui sont ainsi jetés. Les pertes sont importantes dans les fermes, avec 48 kg par habitant, parce qu’il est parfois moins rentable pour un agriculteur de mettre sa production sur le marché que de la détruire, ou parce qu’elle ne respecte pas les critères commerciaux attendus des consommateurs. A ces pertes s’ajoutent les gaspillages au niveau des industries alimentaires, équivalant à 32 kg par personne et par an, puis de la distribution (20 kg) et enfin de la restauration collective (21 kg). Au total, cela représente 10 millions de tonnes de produits gâchés en France.

Or la production et le transport de ces aliments gaspillés consomment de l’énergie, des engrais, des pesticides, autant de sources d’émissions de gaz à effet de serre. Cela représente 15 millions de tonnes d’équivalent CO2 produits pour rien, soit 5% des émissions annuelles de la France. A cela s’ajoute la consommation d’eau : dans une analyse en cycle de vie, un kilo de farine nécessite environ 1000 litres d’eau pour être produit. Autant dire que jeter une baguette à la poubelle revient à gâcher l’équivalent d’une baignoire… Sans oublier le changement d’affectation des sols, qui peut être à l’origine de dommages irréparables sur la faune et la flore sauvages. A l’échelle mondiale, selon la FAO, c’est ainsi 1,3 milliard de tonnes de nourriture comestible qui est gaspillée chaque année. Ce qui équivaut à 28% des surfaces agricoles utilisées pour rien, une empreinte en eau de 250 km3 et l’émission de 3,3 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère chaque année. De quoi réfléchir, non ?

Faites des économies, c’est bon pour vous et pour la planète

La limitation des pertes et gaspillages de la fourche à la fourchette constitue un enjeu essentiel pour protéger l’environnement. Mais également un enjeu économique, pour les ménages, les entreprises et la société tout entière. Un rapport publié en 2017 par la fondation britannique Sustainable Food Trust sur les coûts cachés de l’alimentation a ainsi apporté des éléments d’estimation des coûts induits par le gaspillage alimentaire. Avec 12 millions de tonnes d’aliments perdus chaque année au Royaume-Uni, c’est près de 12 milliards de livres sterling (plus de 13 milliards d’euros) qui seraient ainsi jetés à la poubelle. A l’échelle des ménages, selon l’Ademe, c’est jusqu’à 100 euros par personne et par an qui sont dépensés pour remplir nos poubelles.

Ces aliments gâchés pourraient être réutilisés. Bien évidemment pour la consommation humaine, si nous apprenons à mieux gérer nos stocks et surveiller les dates de consommation. Mais également si nous changeons nos habitudes : les légumes et fruits moches sont tout aussi bons que ceux qui respectent les standards commerciaux. Ces aliments jetés peuvent également être compostés ou méthanisés, permettant ainsi de produire du biogaz. Ce qui implique bien évidemment de structurer la collecte de ces déchets verts et de soutenir financièrement le développement de cette énergie.

Réduire notre gaspillage est indispensable pour la planète et bon pour notre porte-monnaie. Cela constitue également un enjeu éthique alors qu’une part non négligeable de la population n’a pas accès à une alimentation en quantité et en qualité suffisantes. Comme quoi nos parents avaient bien raison lorsqu’ils nous demandaient de finir notre assiette avant de sortir de table.  Du bon sens qu’il est urgent de retrouver…

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle