Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

En 2021, "une seule santé"

Publié le

En 2021, une seule santé
L'année 2020 marquée par le Covid-19
© Photo by @ystallonne on Unspash

"L'histoire nous dit que ce ne sera pas la dernière pandémie, et les épidémies sont une réalité de la vie". Ces paroles sont celles du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononcées lors de la première Journée internationale de préparation aux épidémies, le 27 décembre dernier.

Des paroles qui peuvent tout autant clore l’année 2020 qu’ouvrir 2021, tant la santé est appelée à occuper la première place de nos préoccupations dans les prochains mois. Loin de n’être qu’un lieu commun de début d’année, se souhaiter bonne santé prend tout son sens. Et nous invite à nous interroger sur notre capacité à construire les conditions de notre santé collective, ce qui implique de réconcilier santé humaine et santé des écosystèmes, en n’en faisant qu’une seule santé. Ainsi, 2021 pourrait bien devenir l’année du One Health.

Avant tout, une crise du vivant

Depuis un an, le monde traverse une crise sanitaire exceptionnelle, caractérisée par la contamination de plus de 80 millions de personnes et le décès de 1,7 million d’entre elles à la fin de l’année 2020, auxquelles doivent être ajoutées les victimes de maladies intercurrentes, notamment les affections psychologiques provoquées par le confinement.

Les conséquences sociales de cette crise sont catastrophiques : arrêt de pans entiers de notre économie, restrictions à la libre circulation des populations, chômage, faillites… Et malgré la production, dans des délais records, de vaccins dont les capacités de protection collective restent à mesurer, cette situation de crise sanitaire et de ralentissement socio-économique risque de perdurer encore plusieurs mois. Une crise provoquée par l’émergence puis la diffusion à l’échelle globale d’un agent pathogène jusqu’alors inconnu, dont l’origine est probablement animale.

En résumé, nos sociétés tournent au ralenti depuis plusieurs mois à cause d’une zoonose apparue en Asie qui s’est répandue ensuite très rapidement à la surface de notre planète. Une famille de maladies, transmissibles de l’animal à l’homme, appelées à se multiplier du fait des pressions exercées par l’humanité sur l’environnement, comme l’a souligné la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) dans une récente analyse .


Repenser notre santé à l’aune de la santé des écosystèmes

Cette crise souligne ainsi la vulnérabilité de nos sociétés face à un aléa « naturel » majeur. Cette crise est certes majeure par son ampleur, sa gravité et la rapidité de sa diffusion à l’échelle de la planète, mais elle n’est en rien exceptionnelle.

Un nombre croissant de maladies infectieuses est enregistré à travers la planète depuis le début des années 1980 , avec deux à trois nouveaux agents infectieux émergents par an . Parmi ces maladies émergentes, 75% d’entre elles sont des zoonoses, c’est-à-dire transmissibles de l’animal à l’homme.

Ainsi, l’histoire récente a vu se multiplier des crises sanitaires qui doivent nous inviter à repenser nos systèmes de prévention et de gestion des risques sanitaires, parfois fondamentalement. Car beaucoup de ces risques sanitaires avaient fait l’objet d’alertes, comme la nécessité de développer des approches systémiques de santé, pour anticiper l’émergence et prévenir la diffusion d’agents pathogènes, en mobilisant le concept One Health. Bref, intégrer les interactions entre santé de l’homme, santé de l’animal et santé des écosystèmes dans l’ensemble des dispositifs de santé publique.


Sortir des approches sanitaires en silos, privilégier la prévention au traitement, autant d’options à promouvoir immédiatement pour préserver notre avenir. Dans le cas contraire, notre système de santé serait condamné à n’évoluer que sous l’effet de crises, le plus souvent brutales et incontrôlables. Sans doute le vœu le plus important à émettre en ce début d’année.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte