Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

COP 24 : le futur a de moins en moins d’avenir…

Publié le

COP 24 : le futur a de moins en moins d’avenir…
© UN Climate Change

Le symbole était magnifique. Réunir la 24e conférence des parties (COP 24) de la Convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques à Katowice, ancienne ville industrielle, au cœur du bassin houiller de Silésie. Construire un monde décarboné sur le charbon. Malheureusement, l’ambition initiale n’est pas tout à fait au rendez-vous. Ce qui laisse présager le pire pour la suite…

Un accord en demi-teinte

La COP 24 devait concrétiser l’Accord de Paris de 2015, le mettre en musique en s’appuyant sur les conclusions du rapport du Giec d’octobre dernier concernant la limitation du réchauffement climatique à 1,5°C. Un rapport dont les 196 Etats réunis à Katowice "accueillent l’achèvement à temps", dans une formulation toute diplomatique masquant leur incapacité à en adopter pleinement les propositions. 

Cet accord international compte cependant quelques avancées, comme l’obligation pour chaque Etat de rendre public ses engagements climatiques nationaux à compter de 2020 puis, à partir de 2024, de publier un rapport bisannuel comptabilisant leurs émissions. Concernant les financements accordés aux pays en développement pour atténuer le changement climatique, les pays développés se sont engagés à transférer 100 milliards d’euros d’ici à 2020. Les discussions sur les financements engagés après 2025 ne s’ouvriront qu’après cette date.

La question du relèvement des ambitions climatiques, en revanche, est passée à la trappe. Alors même que la trajectoire des émissions de gaz à effet de serre actuels oriente la planète vers une hausse de température supérieure à 3°C. Mais côté diplomatique, le climat a également bien changé depuis la COP 21 : Donald Trump a fait sortir les Etats-Unis de l’Accord de Paris et l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro au Brésil, qui a refusé d’accueillir la prochaine COP, a compliqué les discussions…

Le scénario du pire

Alors, que nous réserve l’avenir dans ce contexte politique ? Difficile d’être optimiste, et la prospective ne nous y incite pas… Julien Bueb, économiste de l’environnement, a proposé quelques pistes dans un article récemment publié par la revue de géopolitique en ligne Diploweb . En se fondant sur une analyse du budget carbone mondial disponible, trois scénarios s’esquissent : l’absence d’engagement international conduisant à un réchauffement excessif, à l’origine de conflits internationaux ; une tentative de rattrapage fondé sur la technologie et la croissance verte ne permettant d’atténuer que partiellement le changement climatique ; enfin un changement fondamental de paradigme, fondé sur un "rattrapage socio-écologique" faisant de l’environnement le déterminant premier de l’action publique. Ce qui nécessiterait de repenser la croissance à l’aune de la sobriété…

Malheureusement, le scénario le plus sombre se profile : la majorité des Etats signataires de l’Accord de Paris ne respecte pas leur engagement climatique. Le fait que la première puissance économique mondiale soit dirigée par un climato-sceptique ne constitue bien évidemment pas un signal encourageant. Quant aux leviers permettant d’inciter la population des pays développés à changer leurs comportements, ils semblent désormais inaccessibles. En France, l’application de la taxe carbone aux carburants est désormais abandonnée pour calmer la grogne des gilets jaunes. Reste à savoir ce qu’en penseront nos enfants, dans 20 ou 30 ans, quand il faudra gérer la grogne des Français concrètement touchés par le changement climatique…

Une seule certitude, finalement : l’inaction n’est pas envisageable. Avec ou sans accord international.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle