Industrie en transition

Quand l’industrie passe au vert, durablement…

Le blog de Julien Fosse

A Noël, il n’y a pas que les sapins qui peuvent être verts…

Publié le

A Noël, il n’y a pas que les sapins qui peuvent être verts…
© Kari Shea - Unsplash

Noël approche. Fête religieuse ou héritage de la célébration païenne du solstice d’hiver, les interprétations varient mais un constat s’impose : cette fête est devenue en une cinquantaine d’années un grand moment de consommation, bien plus que de partage. Paradoxalement, alors que le Black friday fait aujourd’hui l’objet de critiques à cause des effets de l’hyper-consommation sur l’environnement, la recrudescence d’achats plus ou moins respectueux de l’environnement n’est pas questionnée à Noël. Pourtant, le Parlement vient juste d’examiner un projet de loi favorisant l’essor de l’économie circulaire et du recyclage. L’occasion de regarder autrement nos cadeaux et de s’assurer qu’il n’y aura pas que le sapin de vert cette année…

Moins d’emballages

Qui dit cadeau dit papier cadeau. La joie de déballer une surprise ne doit cependant pas faire oublier que ce papier finira à la poubelle, à moins d’être réutilisé. Et que l’essentiel du papier est produit par la transformation en pâte de fibres de cellulose, le plus souvent issues du bois, par des procédés chimiques ou mécaniques. Or il faut 2 à 3 tonnes de bois pour fabriquer une tonne de papier classique : nos jolis paquets viennent donc des forêts, dont il est bon de s’assurer qu’elles sont gérées durablement. Le papier recyclé est bien évidemment une option d’intérêt, au même titre que l’utilisation de tissu réutilisable. Inspirés de la technique traditionnelle japonaise du "furoshiki", le pliage et le nouage de tissus ré-employables sont désormais en vogue et constituent une alternative intéressante au classique papier cadeau …

Cadeaux recyclés, de seconde main ou à longue durée de vie

Le marché de l’occasion, de la seconde main, peut également permettre de concilier joie d’offrir et plaisir de recevoir… Des produits de qualité sont désormais rendus disponibles par un grand nombre d’applications, de magasins spécialisés. Et les mentalités évoluent, rendant acceptables des cadeaux déjà utilisés. Lutter contre l’obsolescence programmée en veillant à acheter des produits réparables, à longue durée de vie, constitue également une option intéressante. Des sites internet dédiés à l’identification des produits concernés existent et les labels se développent afin de guider les consommateurs vers les produits les plus "durables". C’est le cas du label Longtime, développé par la société coopérative toulousaine "Ethikis ad civis", qui certifie des produits selon 41 critères portant sur leur écoconception, leur réparabilité et le service après-vente. Un service après-vente de long terme également mis en avant par de grands distributeurs de l’électroménager. Bref, les mentalités évoluent et les enseignes de la grande distribution doivent suivre...

Manger durable

Le traditionnel repas de Noël peut également permettre de protéger l’environnement. Difficile de remettre totalement à plat cet élément clé de notre patrimoine gastronomique et de remiser au placard le triptyque "huîtres – dinde – bûche". Pourtant, notre alimentation présente une empreinte carbone non négligeable, essentiellement liée au mode de production agricole, qui représente près de 20% des émissions de gaz à effet de serre d’un Français moyen lorsque l’ensemble du cycle de vie des aliments est pris en compte. Sans oublier les pertes et gaspillages alimentaires, ce gâchis étant à l’origine de 5% des émissions de gaz à effet de serre du pays en moyenne sur toute l’année. Privilégier les produits de saison et locaux constitue une option intéressante pour réduire notre empreinte carbone. La consommation de produits carnés peut également être limitée, en choisissant des viandes issues d’élevages extensifs, labellisés, présentant un certain nombre de bénéfices sur la biodiversité. Enfin veiller à limiter les portions au format le plus raisonnable possible, afin de limiter le gaspillage. Des recommandations de bon sens.

Des gestes finalement assez simples à mettre en œuvre, pour redonner à Noël sa dimension originelle et retrouver le sens premier d’une fête qui ne rimait pas historiquement avec consumérisme, tout en pensant à la planète et aux générations futures. Finalement, ne serait-ce pas ça l’esprit de Noël ?

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte