Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Droit et Santé

L’actualité juridique et réglementaire en Sciences de la Vie

Le blog du cabinet Dechert

Les laboratoires pharmaceutiques innovent pour développer des partenariats toujours plus prometteurs

Publié le

Les laboratoires pharmaceutiques innovent via des partenariats toujours plus prometteurs

Les accords de partenariat sont plus que jamais le moyen pour les laboratoires pharmaceutiques de rester dans la course à l’innovation, notamment en ce qui concerne les technologies les plus innovantes, l’intelligence artificielle et le big data.

Les groupes pharmaceutiques n’hésitent plus à mettre en place des alliances avec les nouveaux acteurs du secteur des sciences de la vie. Quatre laboratoires viennent par exemple de s'allier avec Verily pour transformer leur recherche clinique. Grâce à ces alliances, cette filiale d'Alphabet, maison mère de Google, spécialisée dans les sciences de la vie, va permettre aux groupes pharmaceutiques Novartis, Otsuka, Pfizer et Sanofi, d’utiliser les technologies numériques de Verily pour sélectionner des patients lors d'essais cliniques, exploiter les données qui en résultent et générer des données en vie réelle (tolérance du traitement, qualité de sommeil du patient, etc.).

Une autre manière pour les laboratoires de développer l’innovation externe consiste à se rapprocher de centres de recherche académique et de hubs d’innovation. Plutôt que d’acquérir les droits de propriété intellectuelle une fois développés par ces académiques, les laboratoires choisissent de plus en plus de partager le risque du développement avec ces centres, ce qui leur permet de bénéficier de droits plus étendus sur les résultats de ces collaborations.

Les laboratoires pharmaceutiques développent également de plus en plus de partenariats avec des sociétés "early stage". Ces partenariats sont souvent les plus prometteurs et les moins risqués financièrement, par rapport au coût d’entrée significatif dans des programmes en phase de développement plus avancée. Le domaine de l’immuno-oncologie, par exemple, est l’un de ceux où la recherche est la plus foisonnante : les partenariats avec les biotechs de ce secteur permettent aux groupes pharmaceutiques d’être au plus près des dernières innovations.

Afin de renforcer leurs liens avec ces sociétés "early stage", les laboratoires pharmaceutiques mettent en place des programmes visant à développer leur proximité avec ces sociétés. Ces approches de "soft partnering" sont complémentaires de la conclusion de partenariats plus classiques car elles permettent aux laboratoires pharmaceutiques d’identifier en amont, les technologies les plus prometteuses. Ce "soft partnering" prend des formes variées : campus d’innovation, laboratoires de recherches partagés, soutien à des réseaux d’entrepreneurs, forum de networking, "partnering days", prix d’innovation, etc.

Ce "soft partnering" présente aussi de nombreux avantages pour les biotechs en leur permettant de nouer des relations de confiance avec des grands groupes pharmaceutiques et de mieux comprendre leur fonctionnement.

Les  partenariats ne sont toutefois pas le seul moyen pour les laboratoires pharmaceutiques de développer l’innovation externe. Les opérations de M&A, en particulier, restent l’un des moyens privilégiés pour les groupes pharmaceutiques, de développer leurs pipelines de produits et consolider leurs activités, ou de se recentrer sur certaines aires thérapeutiques ou domaines d’activités. En acquérant une cible qui dispose d’un ou plusieurs programmes en phase avancée, un laboratoire peut ainsi accroître significativement son portefeuille de produits tout en limitant le risque d’échec de ces nouveaux développements.

Ces opérations de M&A, souvent conclues pour des montants significatifs, impliquent en revanche le paiement d’un premium. En outre, le risque le plus important dans ce type d’opérations correspond à l’intégration des nouvelles équipes et des nouveaux actifs au sein du groupe existant. A contrario, les partenariats permettent de conserver la culture dynamique et l’esprit d’innovation des biotechs, tout en leur apportant les sources de financement mais aussi l’appui dont elles ont besoin en termes de compétences et d’expertises.Isabelle Marguet, associée nationale chez Dechert

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle