Droit et Santé

L’actualité juridique et réglementaire en Sciences de la Vie

Le blog du cabinet Dechert

La 3ème édition du sommet "Choose France" a une nouvelle fois mis en valeur l’attractivité de la France pour les HealthTech

Publié le

Le sommet Choose France a mis en valeur l’attractivité de la France pour les HealthTech
© AstraZeneca

Le sommet "Choose France" s’est tenu le 20 janvier dernier à Versailles, réunissant près de 200 dirigeants de groupes internationaux. Cet évènement est avant tout, bien entendu, une opération de communication d’envergure qui vise notamment à promouvoir l’attractivité de la France et à encourager les investissements étrangers. La HealthTech fait partie des secteurs dans lesquels la France dispose de nombreux atouts et qui présente un potentiel de croissance extrêmement important.

Au regard des chiffres les plus récents, la France semble être redevenue une destination attractive pour les investissements étrangers et a amélioré sa position ces dernières années, positionnée en Europe derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Ainsi, entre 2017 et 2019, l’attractivité de la France a progressé du 22ème au 15ème rang du classement publié par le WEF.  Autre signe de cette attractivité, en 2019, le secteur des medtech et des biotech a levé près de 811 millions d’euros en 97 opérations d’après le nouveau baromètre EY, soit plus que le secteur de la fintech, et une part croissante de ces financements provient d’investisseurs étrangers.

"Choose France" était l’occasion pour le Gouvernement de communiquer sur un certain nombre de mesures qui, sans être nécessairement fondamentales, visent à mettre en lumière l’attractivité de la France. Les biotech et medtech, comme les autres sociétés en croissance, profiteront de ces mesures.

Parmi ces mesures, la mise à disposition de sites industriels dits "clé en main" vise à faciliter l’implantation d’investisseurs dans l’Hexagone, via la création d’une douzaine de sites (usines ou entrepôts) pour lesquelles les démarches administratives - comme les procédures d’urbanisme ou environnementales, souvent longues - ont été anticipées par les pouvoirs publics, afin de permettre une disponibilité rapide du site.

D’autres mesures annoncées visent à répondre à l’enjeu du recrutement de talents, sujet stratégique pour les sociétés innovantes comme les HealthTech.

Ainsi, le "French Tech Visa" (permis de résidence et de travail pour une durée de 4 ans renouvelable, bénéficiant d’une procédure d'obtention prioritaire, mis en place en 2017) sera étendu aux start-ups étrangères implantées en France. Un décret devrait être pris d’ici la fin du mois de janvier en ce sens.

Par ailleurs, des aménagements ont été annoncés sur certains instruments de "motivation" de ces talents, salariés ou dirigeants. Le Gouvernement a annoncé des modifications du champ d’application du régime des bons de souscription de parts de créateurs d’entreprise (BSPCE) et des Actions gratuites (AGA). Selon le communiqué de presse de Bercy, "les salariés de startups étrangères installées en France pourront maintenant recevoir des BSPCE sur les titres de la société-mère. C'est une mesure forte d'attractivité favorisant l'implantation de start-ups en France, notamment dans le contexte du Brexit et l'internationalisation de notre écosystème d'innovation". Concernant les AGA, Bercy a ciblé l'exonération des cotisations patronales et annoncé que "initialement destinée aux PME n’ayant jamais versé de dividendes, l’exonération peut désormais s’appliquer aux ETI dans les mêmes conditions".

Le sommet a été également l’occasion d’annonces ou de confirmations d’investissements de la part des groupes présents.

Ainsi Astra Zeneca a promis d’investir 500 millions de dollars sur cinq ans, notamment pour son site de Dunkerque, et à hauteur de 240 millions pour des essais cliniques et des partenariats dont avec l’INSERM, des centres de recherche ou hospitaliers. Autre exemple, Biogen investira notamment 9 millions d’euros supplémentaires dans des études médicales en France au cours des 5 prochaines années dont 1,2 million en 2020.

En marge du sommet, l’Etat a dévoilé la liste des 83 start-ups (en plus des 40 du Next40) qui composent le "French Tech 120".

Cette distinction offre aux sociétés prometteuses sélectionnées, un accompagnement prioritaire pour les soutenir dans leur croissance. Signe de la place croissante de la HealthTech dans les secteurs soutenus par le Gouvernement, il s’agit du secteur le plus représenté dans le programme, avec plus de 20 sociétés.

Au-delà de ces annonces et des effets de communication, ce sommet a été l’occasion de rappeler une nouvelle fois que la France a de nombreux atouts qui continuent d’attirer les investisseurs. Ces investissements sont essentiels pour permettre aux patients en attente de traitements innovants de pouvoir en bénéficier le plus tôt possible, au travers de leur inclusion dans des processus d’essais cliniques notamment. Le soutien au secteur de la HealthTech est donc à la fois un enjeu économique majeur pour la France, mais aussi un enjeu essentiel de santé publique.

Isabelle Marguet, associée nationale chez Dechert

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte