Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"ZTE aura du mal à remplacer ses fournisseurs américains de puces", avertit Sravan Kundojjala, analyste chez Strategy Analytics

Ridha Loukil ,

Publié le

Entretien Pour avoir enfreint l’embargo américain contre l’Iran, ZTE est frappé d’une interdiction de sept ans d’accès aux puces américaines. Selon le cabinet IHS Markit, le deuxième équipementier chinois des télécoms (après Huawei) a consommé 3,5 milliards de dollars de semiconducteurs en 2017, dont seulement 25% provenant en interne de sa filiale Sanechips. Sa dépendance vis-à-vis des fournisseurs yankees est particulièrement importante dans ses smartphones, qui constituent l’une de ses trois activités aux cotés de celles d’équipements de réseaux d’opérateurs télécoms, et d’équipements de datacenters d’entreprises. Vers quels fournisseurs alternatifs peut-il se tourner ? A qui cet embargo peut-il profiter ? Sravan Kundojjala, analyste au cabinet Strategy Analytics, répond aux questions de L’Usine Nouvelle.

ZTE aura du mal à remplacer ses fournisseurs américains de puces, avertit Sravan Kundojjala, analyste chez Strategy Analytics
Sravan Kundojjala, analyst au cabinet Strategy Analytics
© Strategy Analytics

ZTE dispose via sa filiale Sanechips d’une source interne de semiconducteurs mais préfère motoriser ses smartphones par des puces de Qualcomm et MediaTek. Pourquoi?

Sravan Kundojjala - ZTE Microelectronics (Sanechips), le bras armé de ZTE dans les semiconducteurs, conçoit des puces dédiées plutôt à l’Internet des objets. Son offre comprend le ZX297550, un circuit en gravure de 28 nanomètres combinant processeur quadricoeurs et modem 4G de catégorie 4, et le RoseFinch7100, un modem cellulaire destiné à l’Internet des objets au standard NB-IoT. ZTE a envisagé d’embarquer le RoseFinch7100 dans ses smartphones mais ne l’a jamais fait jusqu'à présent. Cela peut être attribué au manque de compétitivité de son portefeuille de circuits par rapport à ceux du taiwanais MediaTek et de l’américain Qualcomm. Il faudra beaucoup d'investissements et de temps à ZTE pour se mesurer à Qualcomm, et le temps ne joue pas en sa faveur.

Si ZTE ne peut plus acheter les puces de Qualcomm,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle