Zodiac, toujours pas sorti de la crise

A l’occasion de la présentation des résultats annuels de son exercice 2014/2015, l’équipementier Zodiac fait face à un retard de livraison de 500 sièges. Aucune date n’a été fournie quant à sa résolution définitive.

Partager


Assemblage de sièges chez Zodiac - Crédits : Pascal Guittet

"Autant le dire tout de suite, ces chiffres ne nous plaisent pas". Olivier Zarrouati, le président du Directoire de Zodiac, n’a pas caché son mécontentement mardi 24 novembre lors de la présentation des résultats annuels du groupe pour l’exercice 2014/2015.

L’équipementier aéronautique reste englué dans une crise industrielle dont il peine à s’extirper. Alors qu’Olivier Zarrouati souhaitait il y a encore quelques mois commencer le nouvel exercice sur une page blanche, force est de constater que l’objectif n’a pas été tenu.

Surtout, les retards de livraisons des sièges qui empoisonnent la vie du numéro un mondial de ce segment de l’aéronautique perdurent. Au printemps dernier, Olivier Zarrouati avait pour ambition de les résorber d’ici la fin août. Certes, la courbe va dans le bon sens : aux 6000 sièges en retard au début de l’année, on est passé de 2200 en avril à 1700 en septembre. Aujourd’hui, encore 500 sièges seraient en retard, ce qui représente un peu moins d’une journée de production.

Quand le niveau retombera-t-il à zéro ? Impossible d’obtenir la réponse. On sent Olivier Zarrouati soucieux de ne pas décevoir une nouvelle fois en annonçant un objectif qui ne sera pas respecté.

A bord du Falcon 5X

Au-delà de ces retards, comme le concède Olivier Zarrouati, Zodiac n’est pas seulement confronté à "une crise des sièges" mais bien à une "crise de croissance". Preuve en est, le chiffre d’affaires est en forte hausse sur l’exercice écoulé, à 4,9 milliards d’euros (+18,1%).

Zodiac n’a aucun mal à remporter des contrats : il est présent sur des programmes aussi variés que le Falcon 5X de Dassault Aviation, le C919 de Comac, l’Airbus A350 ou bien encore le Boeing 787. Mais les retards de livraisons gâchent en grande partie ces succès commerciaux : le résultat opérationnel a chuté de plus de 44%, pour tomber à 314 millions d’euros, lesté par des surcoûts estimés à 335 millions d’euros. La dette aussi glisse sur la mauvaise pente et atteint 1,27 milliard d’euros.

Comme L’Usine Nouvelle l’avait expliqué dans une enquête publiée le 1er octobre, "les yeux rivés sur les acquisitions et la croissance du chiffre d’affaires, les dirigeants ont perdu de vue le terrain". Le plan Focus mis en place est censé redonner à Zodiac le cadre industriel adapté à sa taille. Il est piloté par François Feugier, ancien de Faurecia et Valeo, installé en mai au nouveau poste de directeur des opérations. Reporting opérationnel plus dense, définition de standards communs, amélioration des flux logistiques… Zodiac est en train de se remettre à niveau à marche forcée.

Appel d'offre

Afin de rassurer les investisseurs, les dirigeants de Zodiac n’ont cessé de rappeler que leur business model était solide, porté par des prévisions de croissance du trafic aérien indiscutable. L’épisode American Airlines, qui avait fait état publiquement de sa volonté de remettre en cause un contrat passé avec Zodiac (sur la moitié d’un programme qui concernait des sièges business), serait en voie de résolution. Et comme pour émoustiller l’auditoire, l’un des dirigeants de Zodiac a évoqué un appel d’offre tout juste remporté qui concernerait le très lucratif segment de la première classe.

Olivier James

0 Commentaire

Zodiac, toujours pas sorti de la crise

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS