Yeux en l'air, oreilles éprouvées... Ma première fois au salon du Bourget

À quoi peut bien ressembler le Bourget quand on s'y rend pour la première fois ? Que vous soyez ou non familier de l'événement, (re)vivez le à travers le regard d'un journaliste dont c'était le baptême de l'air.

Partager
Yeux en l'air, oreilles éprouvées... Ma première fois au salon du Bourget
Du haut de ses 50 mètres, l'Ariane 5 surplombait tout le salon du Bourget.

À peine sorti de la station RER du Bourget, l’immense file d’attente pour les navettes donne le ton : la journée va être longue pour qui veut voir les appareils exposés. Mais étonnamment, l’attente est courte. Les bus s’enchaînent pour avaler le flot continu de nouveaux arrivants. Après un gros quart d’heure de trajet, nous voilà sur site. Et rebelote, une file encore plus grande ! Au final rapidement éclipsée grâce au passage "prioritaire". Le journalisme a ses avantages.

Voilà, nous y sommes. Bienvenue au Salon du Bourget, édition 2019. Une ville dans une ville, avec ses bâtiments de toutes tailles, ses (trop) nombreux piétons, et ses voitures et transports en commun. Mais ici, pas de berline, de SUV ou encore de camion. Ils ont laissé la place à des golfettes roulant à toute allure et des petits trains, oui oui.

A LIRE AUSSI

Succès de l’Airbus A321 XLR, retour du Boeing 737 MAX, carton plein pour CFM… Le bilan du Bourget

Dans le grand Hall 2, tous les acteurs de l’aéronautique, du plus grand groupe aux petites start-up, se sont mis sur leur 31. Blancs, noirs ou multicolores, les stands sont brillants et attirent l’œil, les maquettes d’appareils actuels et futuristes étincelantes. Rien n’est trop beau pour attirer prospects, clients et investisseurs potentiels. Car ce sont dans ces murs que se nouent, on l’espère, bien des contrats.

L'intérêt se trouve dehors

Mais on ne vient pas au Bourget pour rester enfermé à regarder des modèles réduits ! Direction l’extérieur. Après quelques instants passés à jeter un coup d’œil à la maquette (trop) lisse du futur SCAF, en route pour la piste principale. Sous un soleil de plomb sont entreposés des dizaines d’appareils de toutes les tailles et de tous les types.

La profusion d’engins militaires américains mise à part, on retiendra les soldats pakistanais très sympathiques et leur JF-17 Thunder, une franche poignée de main avec un pilote japonais dans un Kawasaki C-2, et l’immense fusée Ariane 5 surplombant le site, du haut de sa cinquantaine de mètres.

À force d’aller et venir sur la longue piste à la recherche d'informations, on finit par avaler des kilomètres sans s’en rendre compte. Et la marche, ça creuse ! Heureusement, les commerces de bouche ne manquent pas, notamment le stand corse et son étonnant sandwich raclette à 9 euros… ce salon est plein de surprises.

Attention les oreilles

Si les yeux ne savent plus où se poser, tant il y a de choses à regarder, ce sont malgré tout les oreilles qui sont le plus sollicitées. Pendant de longues minutes, le Rafale va et vient dans le ciel, enchaînant les figures acrobatiques, tel un frelon en colère. Suivant la bête avec quelques instants de décalage, le bruit est assourdissant, et fait trembler sans exception chaque spectateur jusqu’aux dents.

Le vacarme terminé, au sol chacun reprend sa marche. Les pieds commencent à souffrir, mais il faut encore aller voir Paris Air Lab ! Dans ce hangar illuminé de néons aux teintes jaune orangé bariolées de bleu, exposants et visiteurs sont invités à réfléchir au futur de l’aérien et du spatial. S’il n’est pas captivé par la multitude de drones et autres curiosités, l’observateur aura le plaisir, en levant les yeux, de se rendre compte qu’il circule sous un authentique Concorde.

Mais il se fait tard, et il est temps de partir. Cette fois, pas de passe-droit de journaliste. Il faudra faire la queue comme tout le monde. Dans la navette du retour, les discussions se font rares. La fatigue doit jouer, certes, mais les esprits sont ailleurs. Comme victimes de décalage horaire, certains planent encore. Bouclez vos ceintures, l’atterrissage est imminent.

0 Commentaire

Yeux en l'air, oreilles éprouvées... Ma première fois au salon du Bourget

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

ORANGE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS