Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Y aura-t-il suffisamment de noisettes en 2015?

Franck Stassi ,

Publié le

Alors que les producteurs turcs de noisettes peinent à se remettre des averses de grêle et du gel subis en 2014, la demande mondiale ne cesse de grimper.

Y aura-t-il suffisamment de noisettes en 2015? © Flickr/cc Chris Battaglia

L’information avait suscité l’émoi des gourmands à l’été 2014 : la chute de la production de noisettes en Turquie, à l’origine de 70% de la production mondiale, a posé l’an dernier des difficultés d’approvisionnement au fabricant du Nutella, Ferrero.

L’entreprise italienne, qui accapare chaque année 25% de la production, a relevé ses tarifs suite à la hausse de 60% du prix des noisettes en 2014. Dans l’Irish Times, Adam Johnston, trader pour le négociant irlandais Freeworld Trading, douche les espoirs de baisse des prix des accros à la pâte à tartiner : "il semble que les cultures ne seront pas particulièrement importantes cette année encore."

La baisse de 20% de la livre turque par rapport au dollar complexifie les opérations des producteurs turcs, qui doivent toujours faire face aux conséquences des mauvaises conditions climatiques de 2014. D’après le consultant britannique Mintec, l’objectif d’une production de 650 000 tonnes ne serait pas atteint cette année. La production avait chuté à 440 000 tonnes en 2014, après s’être élevée à 550 000 tonnes en 2013 et 660 000 tonnes en 2012. Le Groupement turc de promotion des noisettes attend pour sa part le début de l’été pour communiquer, la récolte débutant en août.

Un produit qui tire parti de ses bénéfices pour la santé

L’engouement pour le Nutella ne constitue pas le seul moteur de la demande en noisettes. "Les noisettes remplissent beaucoup de cases : elles sont pratiques, saines, fraîches et naturelles. Elles sont aussi une riche source de matières grasses, de protéines, de fibres, de minéraux et de vitamines", explique Emmely Wildeboer, analyste adjointe en charge des produits alimentaires chez Rabobank. En combinant des bénéfices pour la santé et des formats adaptés à la consommation nomade (en sachets, en barres chocolatées, etc.), les noisettes s’inscrivent dans les tendances actuelles de consommation, à l’instar des amandes, dont la production est elle aussi menacée en raison de mauvaises conditions climatiques. Représentant un tiers des consommateurs mondiaux, la génération des "Millenials" (ou "Y") consomme toujours plus de produits issus du snacking et pousse de ce fait la demande, complète la banque néerlandaise.

L’essor des classes moyennes en Asie constitue également – de la même manière que pour les amandes – un facteur de croissance de la demande en noisettes. Les scandales sanitaires ayant dernièrement éclaté en Chine confortent sa population dans sa volonté de consommer des produits de meilleure réputation, essentiellement importés. Cette thématique sera notamment au centre des débats du congrès de l’Association européenne des snacks, qui se déroulera les 10 et 11 juin prochain à Istanbul.

Franck Stassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle