XML, langage phare de l'e-business

Destiné à pallier les lacunes du HTML, le langage XML devient peu à peu incontournable pour les échanges de données.

Partager

XML, langage phare de l'e-business

Le HTML est en train de passer la main. Lancé en 1993, ce langage était jusqu'à présent l'outil indispensable pour développer des pages Web. Et ce, malgré ses défauts. Le HTML ne gère en effet que la présentation d'une information, sa couleur, sa position à gauche ou à droite de l'écran, etc. Mais il est incapable de qualifier celle-ci, c'est-à-dire d'indiquer qu'elle correspond à un nom, un prénom, une adresse, etc. Or, dans le cadre du commerce électronique, et plus généralement des échanges en ligne, cette qualification des informations est indispensable. Lorsque deux logiciels échangent des informations, ils doivent en effet désigner les données de la même façon afin d'être sûrs de parler de la même chose. Né voilà trois ans, le XML propose à la fois une syntaxe et un étiquetage des informations. Soutenu par les principaux éditeurs (Microsoft, Oracle, SAP...), il s'est progressivement imposé comme un format d'échange universel. La troisième édition du Forum XML, qui s'est tenu fin novembre à Paris, est d'ailleurs venue confirmer cette tendance. Une norme en attente de schémas fédérateurs Outre les éditeurs de solutions de gestion de contenu, de commerce électronique et d'outils d'intégration, deux groupes de normalisation étaient également représentés sur le salon : RosettaNet et Oasis (voir encadré). En effet, le langage XML ne suffit pas à lui seul à simplifier les échanges. Encore faut-il disposer de règles adaptées aux différents processus métiers et de dictionnaires sémantiques. Regroupées dans des documents appelés schémas, ces normalisations sont la garantie d'une syntaxe commune pour chaque secteur d'activité. Ce dernier pourra y faire référence pour automatiquement annoter ses informations de manière normalisée. Grâce à ces schémas, un progiciel de gestion intégré (PGI) comme SAP pourra échanger des informations avec une place de marché, un autre PGI, etc. Le tout sans qu'il soit nécessaire de créer une passerelle spécifique. Ainsi, les entreprises éviteront une étape coûteuse, d'autant que ce genre de passerelle est longue à développer et ne fonctionne qu'avec les logiciels pour lesquels elle a été prévue. Format universel adapté à tous les systèmes informatiques et à tous les métiers, le XML favorisera en outre la réactivité des entreprises : il suffira de connecter son système à un autre pour être aussitôt opérationnel. Alice Vaccare Deux groupes complémentaires et concurrents Tandis que RosettaNet s'est focalisé sur la définition de standards autour de la chaîne logistique de trois secteurs d'activité (informatique, composants électroniques et fabricants de semi-conducteurs), Oasis a adopté une vue plus transversale. Ce dernier groupe cherche à définir l'infrastructure technique et les processus métiers propres à une série de secteurs d'activité. En théorie complémentaires, RosettaNet et Oasis n'en sont pas moins concurrents sur certains domaines : toute chaîne logistique comprend des systèmes de paiement qui impliquent les banques. Or Oasis travaille également à l'élaboration de normes pour le secteur bancaire. Néanmoins, leurs travaux devraient consacrer le XML comme format universel des projets " business to business ".

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS