Electronique

Xiring s'apprête à acquérir Telfix

, ,

Publié le

Entretien Xiring éditeur de solutions de sécurité pour les transactions électroniques est entré en négociations exclusives avec Chèque Déjeuner le spécialiste des titres de services à vocation sociale et culturelle pour procéder à l’acquisition de Telfix, sa filiale spécialisée dans la mise à jour de carte vitale.

Xiring s'apprête à acquérir Telfix

Avec cette opération, Xiring vise à renforcer son activité sur les services de télé-mise à jour de la carte Vitale. Explications avec Georges Liberman, fondateur et PDG de Xiring, qui centre son développement sur la santé ainsi que sur l’identité électronique et livre les clés de la réussite du développement d’une PME française à l’international.

Usinenouvelle.com : Vous êtes actuellement en négociation pour acquérir Telfix. En quoi cette acquisition viendra-t-elle renforcer les activités de Xiring ?

Georges Liberman : Nous sommes effectivement en négociation exclusive pour acquérir Telfix. Pour l’instant rien n’est signé et nous sommes tenus à un devoir de réserve car nous sommes une entreprise cotée. Nous devons également respecter les procédures légales. Telfix est une entreprise focalisée sur la télé-mise à jour de la carte Vitale et historiquement concurrente de Xiring dans ce domaine. Si cette opération aboutit, avant la fin du premier semestre 2010 comme nous l’envisageons, nous renforcerons notre activité et notre position de leader sur le marché des terminaux et solutions de santé Sesam-Vitale.

UN.com : Pourquoi avez-vous cédé votre activité d’authentification forte pour la carte bancaire à Gemalto l’an dernier ?

GL : Cette cession correspondait à une opportunité de boucler une success story complète. Parti d’un prix de l’innovation technologique que nous avons remporté en 1999, nous avons rencontré un grand succès commercial jusqu’à détenir 50% du marché mondial. Cette réussite commerciale nous a permis de monétiser cette activité en la cédant et de procéder ensuite à une redistribution aux actionnaires. Xiring a un historique vis-à-vis de ses investisseurs : depuis le premier jour, 100% sont ressortis en effectuant des plus-values ! Ce qui est relativement atypique dans ce secteur. Suite à l’opération de cession de l’activité banque à Gemalto, nous avons redistribué plus de 12 millions d’euros à nos actionnaires. Le fait de clôturer une opération de cette façon montre que nous n’avons pas peur de l’avenir et que nous prenons le défi de renouveler cette success story. Cependant, historiquement, Xiring se positionne comme une entreprise de croissance et non de rendement.

UN.com : Sur quels marchés avez-vous décidé de recentrer vos activités ? Pourquoi des titres électroniques?

GL : Nous sommes toujours spécialistes l’authentification et de la signature électronique, la sécurité des transactions et les terminaux sécurisés. Ces activités sont au cœur de nos compétences et permettent de répondre aux besoins du marché générique de l’identité électronique. Il existe des sous-segments comme celui de la santé avec la carte Vitale. En Europe et dans le monde, de nouveaux supports d’identité électronique se développent comme le passeport électronique mais aussi la carte d’identité ou le titre de séjour électronique et nous sommes fortement axés sur l’accompagnement et le développement de tous ces marchés. Aujourd’hui, nous sommes donc positionnés sur deux marchés : la santé et l’identification électronique.

UN.com : Qui sont vos clients actuellement en France et en Europe ?

GL : Dans le domaine de la santé, nous avons une excellente expertise en France et nous commençons à nous déployer en Allemagne, en Belgique et en Slovénie. La gestion des flux prend de l’ampleur et beaucoup de pays en Europe prennent le virage de la dématérialisation. En France, Xiring traite environ 600 millions de feuilles de soin électroniques sur le milliard actuellement dématérialisés dans le domaine de la santé. Une excellente référence pour nous présenter à l’international où la demande s’accentue. En Allemagne, 82 millions de citoyens vont être équipés d’une carte santé à puce de nouvelle génération d’ici à fin 2010 et nous avons déjà commercialisé 10 000 terminaux. La mise en place se fera progressivement sur un marché où les volumes d’actes dématérialisés seront un peu plus élevés qu’en France, ce qui représente un fort potentiel de développement.

« Nous sommes leader dans le domaine de la santé et nous voulons devenir l’un des trois principaux acteurs européens sur le marché de de l’identité électronique »

Georges Liberman


En France, nous avons remporté le premier grand marché français de l’identité électronique dans l’Administration avec la Gendarmerie Nationale. Ce marché public d’une durée de 4 ans comporte une tranche ferme de 40 000 unités livrables en 2010 et une possibilité d’extension jusqu’à 100 000 unités supplémentaires. Les gendarmes vont être équipés de cartes professionnelles fournies par l’Imprimerie Nationale. La solution Xixing se présente sous la forme d’un lecteur sécurisé de carte à puce de bureau connecté au poste de travail et embarquant un logiciel conforme aux spécifications de l’ANTS (Agence Nationale des Titres Sécurisés). Ce dispositif permet de gérer les droits d’accès aux services autorisés des agents par une authentification forte mais également d’apposer une signature électronique sur un document dématérialisé comme un procès-verbal.

Au total, dans la santé nous avons près de 1500 clients éditeurs parmi lesquels Pharmagest, Alliadis, Isipharm, Caduciel ou Winpharma pour les solutions destinées aux pharmaciens et dans l’identité électronique nous avons de grandes références comme la SNCF, la RATP, la Gendarmerie Nationale française ou Zetes en Belgique.

UN.com : Quelles sont les perspectives de développement sur ces marchés et notamment celui de la sécurité numérique tant en France qu’à l’international ?

GL : L’identité numérique va se développer très rapidement dans tous les secteurs et non plus seulement dans le monde bancaire. L’usurpation d’identité devient un point important et la demande d’outils de numérisation électronique va s’accélérer. Le marché de la sécurité représente de vastes perspectives et va prendre de l’ampleur dans les années à venir.

UN.com : Après un peu plus de dix ans d’existence, Xiring est devenu un éditeur de premier plan en Europe, comment expliquez-vous cette réussite ?

GL : L’innovation est un facteur clé de notre développement. Nous misons beaucoup sur des technologiques permettant de se différencier et sur ce que nous apportons aux entreprises. En 12 ans, nous avons reçu 10 prix récompensant notre capacité d’innovation. En 2010, nous avons reçu le prix Ile de France de l’INPI pour notre politique sur la propriété intellectuelle. En interne, nous avons une personne qui s’occupe à temps complet de ce sujet. Nous sommes également présents dans les pôles de compétitivité System@tic et TES. En interne, nous restons très concentrés sur les métiers à forte valeur ajoutée et nous avons une équipe de management de haut niveau focalisée sur la conduite du changement. Tout ce qui relève du quotidien est externalisé. Notre système de fonctionnement repose sur la simplicité.

UN.com : Comment une entreprise française réussit-elle à se développer à l’international ? Quelle est votre stratégie à l’export ?

GL : Nous avons une stratégie et des objectifs et nous les respectons. En 2006, nous nous étions promis de devenir le leader sur le marché des systèmes de santé et nous le sommes devenus ! Notre objectif maintenant est de faire partie des trois premiers acteurs sur le marché de l’identité électronique en Europe d’ici à 5 ans. Il faut savoir se projeter, apporter des solutions innovantes qui font la différence. Par exemple, avec l’activité banque nous détenions 70% du marché britannique sans avoir d’implantation sur place. Nous avons une stratégie commerciale et de partenariats très performante qui nous permet d’avoir des relais et une présence dans plusieurs pays. S’appuyer sur des partenaires qui maîtrisent bien les relations avec les institutions et administrations de leur pays permet de mieux entrer sur les marchés internationaux.

UN.com : Quelles sont vos prévisions de chiffre d’affaires pour 2010 ? Quel sera le CA consolidé après l’acquisition de Telfix ?

GL : Nous prévoyons de réaliser 20 millions d’euros de CA à la fin de notre exercice en décembre 2010 avec un résultat d’exploitation de 14%. Au premier trimestre 2010, nous avons réalisé 4,4 millions d’euros, soit près de 10% de plus que sur l’année 2009. Sur ce résultat, 1,5 million d’euros provient d’un contrat avec la Poste italienne dont nous avons finalisé la prestation en accord avec Gemalto.

UN.com : Votre entreprise a été sélectionnée pour représenter la France aux « European Business Awards », un des trophées les plus disputés en Europe. A quel stade en êtes-vous dans cette compétition ?

GL : Nous sommes très fiers de figurer parmi les 25 acteurs français sélectionnés. C'est un honneur d'être reconnu comme l'une des entreprises de premier plan de notre pays. Nous attendons avec impatience la prochaine étape de la compétition avant la remise du prix en novembre 2010. L’attribution de ce prix repose sur trois critères,
tels que l'innovation, l'excellence économique et la pérennité du modèle économique. Nous avons tout pour gagner. Xiring représente très bien ces trois critères !

Propos recueillis par Sibylle Lhopiteau



 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte