Xilofrance, dans le Lot-et-Garonne, en difficulté

L'usine Xilofrance, âgée d'à peine un an et demi est sous la coupe d'une procédure de sauvegarde depuis août 2011 et la direction doit mettre en place des mesures de chômage partiel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Xilofrance, dans le Lot-et-Garonne, en difficulté
Xilofrance à Damazan - Atelier de découpage

Social. « Nous repartons avec 1,4 million d’euros, puisque le tribunal a permis le déblocage des fonds promis par les banques et par les collectivités locales ». Benoît Caron, directeur de l’usine Xilofrance, située à Damazan (Lot-et-Garonne), spécialisée dans la transformation du peuplier et du pin maritime en contreplaqué, souffle un peu.

Son usine qui, lors de son ouverture en 2010, promettait d’être l’un des fleurons de la filière bois, est sous la coupe d’une procédure de sauvegarde, depuis le 12 août dernier, lancée par le tribunal de commerce d’Agen.
Un plan d’aide de 2,1 millions d’euros avait été alors décidé par le tribunal. « Il s’agit d’un accord tripartite, qui faisait intervenir l’actionnariat de l’usine, les collectivités locales, et les banques, à hauteur de 700 000 euros chacun ». Hier, le tribunal a permis le déblocage du financement de la Région et du Département, ainsi que des banques.

« Nous sommes rassurés, c’est vrai, mais j’ai expliqué que tout reste à faire », constate Benoît Caron, conscient des difficultés techniques que rencontre son site de production : « Nos machines sont très pointues, et nos 100 salariés manquent de formation », explique-t-il. A cela s’ajoute, une période de crise, le ralentissement des commandes et une sérieuse concurrence dans le secteur. « A mon sens, il existe aussi un problème de maillage commercial », déclare Marc Maisonnave, secrétaire départemental de la CGT.
Salariés et direction, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut développer un nouveau business-plan pour que l’usine continue de tourner : redémarrer la production, attirer des commandes, et… subir des mesures de chômage partiel, avant un plan de sauvegarde des emplois, qui selon Marc Maisonnave, est inévitable : « Le PSE concernera au moins une cinquantaine de salariés », déplore-t-il. Soit près de la moitié de l’effectif.

De son côté, Benoît Caron a déjà formulé, auprès de la direction régionale du travail, la demande de mise en place du chômage partiel pour l’ensemble des salariés sur un trimestre. « Le tribunal de commerce a confirmé la période d’observation pour 6 mois encore, et la prochaine audience aura lieu le 17 avril ».

A son inauguration, l’usine de 28 000 mètres carrés avait pour objectif de réaliser près de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. Ironie du sort, Nicolas Sarkozy, venu visiter le site le 30 juin 2011, avait déclaré lors de son discours au sein de l’usine que Xilofrance était « très révélatrice de ce qu’il voulait pour le pays ».

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS