Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Xiaomi accentue son offensive en Europe avec son entrée au Royaume-Uni

Ridha Loukil , ,

Publié le

Après l’Espagne, la France et l’Italie, le trublion chinois des mobiles Xiaomi étend sa conquête de l’Europe au Royaume-Uni. Une étape avant son entrée osée aux Etats-Unis. Avec l’ambition de se hisser rapidement à la troisième place mondiale dans les smartphones.

Xiaomi accentue son offensive en Europe avec son entrée au Royaume-Uni
Le Mi8 Pro, dernier smartphone vedette de Xiaomi, disponible au Royaume-Uni
© Xiaomi

Xiaomi poursuit tambour battant sa conquête de l’Europe. Après l’Espagne, la France et l’Italie, il s’attaque au Royaume-Uni et ouvre une boutique Mi Store à Londres. Et pour séduire les clients britanniques, il a choisi de frapper fort en leur proposant son dernier smartphone vedette Mi 8 Pro en première après la Chine. L’offre comprend également le smartphone Redmi 6A, le traqueur d’activité Band 3 et le scooter Mi Electric.

Présence dans 70 pays

Le groupe créé par Lei Jun en 2010 à Pékin se targue d’être maintenant présent dans 70 pays et de figurer dans le Top 5 des ventes dans 30 d’entre eux, dont l’Inde, grand pays pressenti comme le futur Eldorado des smartphones. Il revendique la livraison de plus de 100 millions d’unités depuis le début de l’année, ce qui le place troisième mondial avec 9,1% du marché au troisième trimestre 2018 selon le cabinet IHS Markit, derrière Samsung Electronics (20%), Huawei Technologies (14,7%) et Apple (13,2%). Son ambition est de se hisser rapidement à la troisième place, occupée aujourd’hui par le géant californien des mobiles.

En juillet 2018, Xiaomi a fait une entrée difficile à la Bourse de Hong Kong. Mais porté par une croissance météorique de ses ventes de smartphones, il a réussi de mettre fin à ses pertes chroniques au deuxième trimestre. Un redressement qui ne lève pour autant les inquiétudes quant à la viabilité de son modèle industriel.

Le "petit grain de riz" (son nom en chinois) fonde son succès sur la mise à disposition du grand public de matériels de haute couture au plus près de leur prix coutant à 5% de marge. Car son but est d’être, non pas un constructeur de matériels, mais un acteur de l’internet fournissant aujourd’hui ses services à une base de 100 millions d’utilisateurs.

Troisième boutique en France

En France, Xiaomi a débarqué en mai dernier. Depuis, il a ouvert deux boutiques Mi Store, l’une au Boulevard Sébastopol à Paris, l’autre au centre commercial Vélizy 2. Il se prépare à en ouvrir une troisième au Forum des Halles à Paris le 10 novembre prochain.

Malgré les tensions entre la Chine et les Etats-Unis, le trublion chinois maintient son projet d’entrée outre-Atlantique en décembre prochain à l'occasion des fêtes de Noël. Ce sera une opération test de sa capacité de conquête sur un terrain apriori hostile. Les autorités américaines recommandent de ne pas utiliser les smartphones chinois car elles y voient l’instrument de cyberespionnage de Pékin. Mais Xiaomi, en tant qu’entreprise privée cotée en Bourse, se voit différent de Huawei Technologies, une entreprise fondée par un ancien général de l’Armée populaire de libération et suspectée par Washington de travailler la main dans main avec le gouvernement chinois.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle