Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Xavier Niel, vice-président du conseil d'administration d'Illiad-Free: l'électron libre des télécoms

, ,

Publié le

Les dirigeants d'Orange, de Bouygues Telecom et de SFR, les opérateurs qui se partagent actuellement le marché français de la téléphonie mobile, se seraient bien passés de l'arrivée de Xavier Niel. Le fondateur et actionnaire majoritaire (66 %) du groupe Iliad, la maison mère du fournisseur d'accès à internet Free, vient en effet d'obtenir que ce dernier devienne le quatrième opérateur français. Il a désormais deux ans pour créer le réseau de « Free Mobile ». De nombreux acteurs du secteur lui prédisent déjà un succès modéré, voire un échec, en raison d'un déploiement promis à de grandes difficultés (opposition à l'implantation d'antennes relais et rareté des sites).

Le vice-président du conseil d'administration et directeur général délégué à la stratégie d'Iliad-Free ne se démonte pas. Il vise entre 10 et 15 % du marché du mobile entre 2015 et 2020. Il affirme qu'il va créer 10 000 emplois directs et indirects et diviser par deux la facture moyenne des foyers français dès 2012, date de lancement des premières offres commerciales. Une bombe, alors que les marges des opérateurs diminuent.

Le parcours de Xavier Niel, 42 ans, la 12e fortune de France (2,27 milliards d'euros) selon le dernier classement du magazine « Challenges », démontre son audace et sa capacité à créer la surprise. Après avoir abandonné des études de prépa maths sup, il invente des services de Minitel rose, crée le premier fournisseur français d'accès à internet (Worldnet) et lance l'annuaire inversé. Il est surtout à l'origine du concept et de la popularisation de la « box », ce modem ADSL permettant de combiner téléphonie, télévision et accès à internet. Avec son service « Triple Play » à 29,99 euros, il a su innover... Comme Bouygues Telecom en 1996, qui a lancé le premier les forfaits mobiles.

Les résultats sont là. En 2008, l'entreprise de 4 000 salariés qu'il dirige a enregistré un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros, en augmentation de 29,1 %. Par ailleurs, la base d'abonnés ne cesse de s'étoffer (4,4 millions de foyers, soit 10 à 12 millions d'individus pour l'ensemble Free-Alice). Sa philosophie, Xavier Niel compte désormais l'appliquer au mobile. Le trio d'opérateurs prépare la riposte.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle