L'Usine Energie

Xavier Bertrand veut un réacteur nucléaire EPR pour les Hauts-de-France

,

Publié le

Le président de la région Hauts-de-France se porte volontaire pour accueillir la construction du prochain EPR en France. Ce nouvel EPR est prévu en France en 2022.

Xavier Bertrand veut un réacteur nucléaire EPR pour les Hauts-de-France © Fondapol CC Flickr

Dans le cadre du forum "Rev3" sur la troisième révolution industrielle le 29 juin, le président de la nouvelle région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, s’est dit candidat pour le prochain chantier de construction d’un réacteur nucléaire EPR, rapporte le courrier Picard. "La région (sera) candidate le jour où il y (aura) l’installation d’un nouvel EPR en France, après Flamanville", explique-t-il.

"Il n’y a pas beaucoup de régions qui font ce type de déclaration. Je le fais pour la région Hauts-de-France. Très clairement. Parce que là au moins, il y a des emplois. Et non seulement c’est de l’indépendance énergétique, mais en plus c’est une facture qui reste basse pour les entreprises, comme pour les particuliers. Oui je souhaite un EPR dans la région. Parce que je me projette au-delà des 5 ou 10 ans qui viennent", justifie-t-il.

En revanche, celui-ci se montre très méfiant vis-à-vis des projets éoliens : "Chaque fois qu’il y aura un projet éolien, la région sera défavorable. Parce qu’il n’y a pas les myriades d’emplois qu’on nous promet derrière. Et je ne parle même pas des questions environnementales. Je ne suis toujours pas un fana de l’énergie éolienne et je ne le deviendrai pas".

Un EPR en 2023 sur l’une des centrales françaises

Le prochain projet de nouveau réacteur nucléaire devrait intervenir en France en 2022 selon les plans d’EDF pour une mise en service en 2028-2030. Il s’agira du premier chantier en vue du renouvellement du parc nucléaire français. Ce sera aussi le premier chantier de l’EPR Nouveau Modèle (EPR NM), un EPR redesigné censé être plus facilement constructible et plus compétitif. Reste à savoir où aura lieu ce chantier.

Avant que le chantier de l’EPR de Flamanville ne dérive avec un triplement de son budget et un retard de six ans, un deuxième projet devait être lancé à Penly (Seine-Maritime). Celui-ci a été reporté sine die, pour ne pas dire abandonné. Une seule chose est sûre, le prochain réacteur français sera érigé sur l’une des 19 centrales françaises, EDF y ayant de la place et n’ayant aucune chance d’obtenir la création d’un nouveau site nucléaire. Dans les Hauts-de-France, on trouve la centrale de Gravelines (Nord), qui compte déjà six réacteurs en activité.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

7 commentaires

Nom profil

12/05/2018 - 12h46 -

Comme Bourganeuf voulait sa gare TGV c'est pas cher c'est l'Etat qui paie.
Répondre au commentaire
Nom profil

06/07/2016 - 15h15 -

1/ Mr Xavier Bertrand souhaite écrire l'histoire de la Région HautdeFrance à rebours de l'avenir et semble avoir oublié de considérer le désastre industriel que représente l'aventure EPR à l'étranger et en France. Les habitants du Nord Pas-de-Calais en particulier vivent déjà sous la menace de la plus puissante centrale nucléaire de l'Europe de l'Ouest Graveline, située sur un littoral et entourée de 15 site SEVESO. Lors de la campagne des régionales Mr Bertrand s'est bien gardé d'annoncer le déplorable cadeau qu'il souhaite faire aux habitants de notre Région. Son allergie aux éoliennes ne répond pas à des considération de raison sur le développement des filières industrielles mais relève du préjugé personnel. http://www.lemonde.fr/energies/article/2016/06/30/les-energies-vertes-feraient-gagner-plus-de-3-points-de-pib-a-la-france-selon-l-ademe_4961563_1653054.html. Ce préjugé sur l'éolien est d'autant plus préjudiciable que les savoirs faire régionaux ne sont ainsi pas exploités
Répondre au commentaire
Nom profil

04/07/2016 - 22h58 -

Déplorable ce type d'annonce en méconnaissant totalement le dossier énergie. M. Bertrand rêve, mais dangereusement pour le peuple français. Parlons indépendance énergétique avec le nucléaire. Quel beau mythe savamment entretenu par le lobby de cette énergie. Et bien non, l'énergie nucléaire n'est plus depuis longtemps déjà une énergie française. Tout l'uranium vient de mines exploités à l'étranger et le combustible préparé à partir de cet uranium est acheté par EDF pour partie à AREVA (français) et à Westinghouse (américain). Dans les centrales, les nouveaux générateurs de vapeur qui doivent remplacer les vieux pour le grand carénage, viennent pour bonne part du Japon et du reste AREVA va être avoir comme actionnaire Mitsubishi et le nouveau EPR dont parle M. Bertrand sera une coréalisation avec les japonais, donc à moitié français. Déjà l'EPR de Flamanville a de grosses pièces fabriquées par le japonnais et du côté de l''emploi combien Bouygue a fait travailler d'étrangers.
Répondre au commentaire
Nom profil

01/07/2016 - 12h24 -

En même temps il prend pas de risque ! au train on les construit, il sera mort avant la mise en service de son EPR ! Pitoyable !
Répondre au commentaire
Nom profil

30/06/2016 - 16h36 -

M. Bertrand est bien le has been de la politique française. Il ne croit pas à l'éolien. Mais réduire les nouvelles sources d'énergie à l'éolien est réducteur et démontre une méconnaissance du domaine. Les allemands le démontre ainsi que mon pays de résidence, la Suisse dont les hommes politiques sont bien plus visionnaires que M. Bertrand qui prétend se projeter à 10--5 ans avec les technologies d'aujourd'hui. Heureusement qu'il ne dirige pas une entreprise celui-là. Il continuerait à faire des diligences alors que d'autres font des voitures électriques qui chez moi fonctionnent très bien.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/06/2016 - 16h19 -

Comment un homme public décidé t'il d'investir selon ses goûts (je ne suis pas fan....) plutôt que sur l'intérêt réel d'une solution ou d'une autre ? N'y a t'il pas des experts sensés apporter un regard objectif dans ce débat ? Les politiques français continuent de résonner court terme -emploi sauvetage de la filière nucléaire avec des solutions à impact à très long terme. Sont ils vraiment compétents pour faire ces choix ? A méditer. ....
Répondre au commentaire
Nom profil

30/06/2016 - 11h37 -

NUCLEAIRE NON MERCI !!!!!!
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte