Wirecard dit n'avoir découvert aucune preuve d'inconduite

par Douglas Busvine et John Geddie
Partager
Wirecard dit n'avoir découvert aucune preuve d'inconduite
Wirecard et son cabinet d'avocats ont déclaré lundi n'avoir trouvé aucune preuve d'inconduite de la part d'un employé de la société de paiement électronique à Singapour. /Photo d'archives/REUTERS/Wolfgang Rattay

FRANCFORT/SINGAPOUR (Reuters) - Wirecard et son cabinet d'avocats ont déclaré lundi n'avoir trouvé aucune preuve d'inconduite de la part d'un employé de la société de paiement électronique à Singapour, après les articles du Financial Times la semaine dernière sur des irrégularités financières présumées.

Wirecard, dont le siège est à Munich, a informé les autorités de contrôle en Allemagne et à Singapour de sa propre enquête interne et de celle du cabinet juridique Rajah & Tann sur le dossier, a déclaré son président du directoire, Markus Braun.

"Jusqu'à présent, ils n'ont trouvé aucune preuve ni élément probant susceptible de soutenir la véracité de ces allégations", a-t-il déclaré aux analystes lors d'une conférence téléphonique.

Il a dit s'attendre à ce que l'enquête du cabinet extérieur soit achevée rapidement et il s'est engagé à rendre les conclusions publiques dans leur intégralité: "Nous ne nous attendons pas à ce que cette procédure débouche sur quoi que ce soit de concret", a-t-il ajouté.

En Bourse, Wirecard affichait un rebond de plus de 13% à 123,10 euros vers 15h00 GMT, effaçant une partie des lourdes pertes subies par le titre à la suite des articles du FT qui l'avaient fait chuter de 40%.

La plupart des analystes sont positifs sur le titre, 10 sur 28 le conseillant à "achat fort" et 13 à "achat", selon les données de Refinitiv. Leur objectif de cours médian est de 208 euros.

UNE ACTION EN JUSTICE PAS EXCLUE

Wirecard avait contesté la semaine dernière les deux articles du journal britannique en parlant d'informations "fausses, trompeuses et diffamatoires".

Il a publié lundi une réponse détaillée, dans laquelle il explique qu'un collaborateur à Singapour a fait état en avril 2018 de ses préoccupations concernant les agissements présumés d'un membre de l'équipe financière du groupe dans la cité-Etat.

"Des indications laissent à penser que les allégations pourraient être liées à une animosité personnelle entre les employés impliqués", selon Wirecard.

Dans un communiqué, le cabinet Rajah & Tann a confirmé avoir envoyé une lettre à Wirecard dimanche 3 février. "A ce jour, nous n'avons rien trouvé permettant de conclure à un comportement délictuel de la part d'un responsable ou d'un employé de la société", écrit-il dans ce courrier, disponible sur le site internet de Wirecard.

La police de Singapour a déclaré lundi qu'elle enquêtait sur les allégations d'irrégularités financières. En Allemagne, celles-ci n'ont entraîné aucune enquête du parquet ni des autorités réglementaires. Le parquet enquête plutôt auprès des vendeurs à découvert sur une éventuelle manipulation de marché.

Vendredi, le bureau du procureur de Munich avait déclaré n'avoir trouvé aucune preuve des actes répréhensibles supposés mentionnés par le Financial Times.

Markus Braun, qui est le principal actionnaire de Wirecard avec 7% du capital, a déclaré que la société n'excluait pas une action en justice contre le FT.

Wirecard, créé en 1999, est depuis longtemps la cible des vendeurs à découvert qui émettent des doutes sur sa comptabilité et son expansion rapide à l'international, ce qui entraîné une forte volatilité du titre.

(Dominique Rodriguez et Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten et Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS