Electronique

Windows 8 : Steve Ballmer joue son avenir à la tête de Microsoft

Ridha Loukil , ,

Publié le

Analyse Le patron du géant mondial du logiciel cristallise toutes les critiques. Il mise sur le nouveau système d’exploitation Windows 8, lancé officiellement le 25 octobre, pour redorer son image et montrer qu’il a une vraie stratégie de reconquête. Son avenir à la tête de Microsoft dépend de l’issue de ce système sur le marché.

Windows 8 : Steve Ballmer joue son avenir à la tête de Microsoft © Dell - Flickr - C.C.

Windows 8, c’est lui. C’est son bébé mais aussi la clé de son avenir à la tête de Microsoft. Steve Ballmer mise sur le succès de ce nouveau système d’exploitation pour redorer son image et asseoir son leadership. Car les marchés financiers s’impatientent. Certains analystes réclament même sa tête.

Absence de stratégie claire, manque de vision, défaut de leadership… Les critiques fusent. On le rend responsable de tous les maux dont souffre Microsoft : l’échec dans la recherche Web, la débâcle dans les tablettes et Smartphones, le retard dans le cloud computing, le ratage de l’ère des réseaux sociaux.

Steve Ballmer se défend en faisant valoir son bilan financier. Pendant ses 12 ans de régne, le chiffre d’affaires a triplé à 73,7 milliards de dollars en 2012 et le bénéfice net a suivi une progression similaire à 17 milliards de dollars. Mais pour les marchés financiers, le résultat est autre : le cours de bourse a stagné, alors que celui d’Apple a explosé.

Une stratégie bien réfléchie

Des analystes s’interrogent sur l’avenir du groupe dans l’ère post-PC et sur sa stratégie pour rebondir face à des nouveaux concurrents solidement installés sur le marché: Google et Yahoo! dans la recherche Web, Apple et Google dans les tablettes et Smartphones, Amazon et Rackspace dans le cloud computing, Facebook et Twitter dans les réseaux sociaux. Certains réclament déjà sa tête, tandis que d’autres attendent de voir ce que Windows 8 va donner.

Le successeur de Bill Gates prend tellement au sérieux ces inquiétudes qu’il s’est obligé de rassurer les actionnaires, les clients, les partenaires et le personnel dans une lettre du 9 octobre 2012 où il leur explique sa stratégie fondée sur les dispositifs et les services. A ses détracteurs, qui lui reprochent l’absence de marque personnelle sur Microsoft, il rappelle que, s’il est à la tête de l’entreprise depuis 2000, il n’exerce la réalité du pouvoir que depuis le retrait de Bill Gates de la gestion opérationnelle en juillet 2008. A ceux qui doutent de sa capacité à remettre l’éditeur sur le chemin du succès, il répond qu’il a une stratégie bien réfléchie en cours d’exécution.

Steve Ballmer, qui a réussi à faire de la console de jeux Xbox et jeux vidéo une activité rentable en 2008, saura-t-il relever les défis qui se posent à Microsoft? Il sait que l’entreprise traverse une phase critique de son histoire sur un marché informatique en plein bouleversement. Avec Windows 8, il a fait le choix de la rupture. Il montre ainsi qu’il sait oser et prendre des risques. Il faudra attendre le verdict du marché pour voir s’il a raison.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte