Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Wikileaks : les nouvelles révélations sur l'industrie française

,

Publié le

Une nouvelle salve de mémos diplomatiques américains a été publiée le 24 août dernier. Une masse importante d'informations dans de multiples domaines. L'Usine Nouvelle vous propose une sélection de ceux qui évoquent l'industrie hexagonale.

Wikileaks : les nouvelles révélations sur l'industrie française © Wikileaks Mobile Unit Communication - Flickr - C.C.

L'économie française observée par le plus puissant des alliés de la France. L'ambassade des Etats-Unis à Paris étudie en permanence le milieu économique français, ses entreprises et ses dirigeants. Et les mémos révélés par Wikileaks permettent de mieux comprendre le point de vue américain.

La politique industrielle de Nicolas Sarkozy a été analysée en détail par l'ambassade. Ce document présente cette politique comme "un mélange de de gaullisme politique et de stratégie économique orientée sur le résultat". Après des développements poussés sur les dernières mesures touchant l'industrie en France, le rédacteur termine sur ces mots : "Il serait une erreur de croire que Sarkozy souhaite (ou peut) inverser l'évolution du modèle français. Les circonstances actuelles (Ndlr: la crise de 2008) vont renforcer les instincts interventionistes, mais elle n'annulerons pas des décennies de libéralisation de l'économie française".

Economie

"L'économie française devient léthargique." En septembre 2005, le gouvernement a réduit les prévisions de croissance pour l'année, après un deuxième trimestre à 0,4%. Le jugement contenu dans ce cable diplomatique est sévère : "Le gouvernement devrait augmenter le budget national, et donc accentuer le déficit, déjà énorme."

Les performances des entreprises françaises à l'export intéressent particulièrement les diplomates américains. Dans ce mémo récent (23 février 2010) intitulé "L'élégant nouveau système d'export français", ils détaillent la stratégie de soutien des PME. Ici le langage diplomatique se fait flatteur : "l'approche aggressive de la France concernant la promotion des exportations et des investissements étrangers est de bon augure pour la position concurrentielle du pays et son statut de leader économique mondial."

Aéronautique

La filière aéronautique est un important point de friction entre les USA et la France. Ce secteur est donc très observé.

Ce mémo publié lors du lancement de l'A380 d'Airbus ne cache pas son ironie. Le ton est donné dès le début du texte : "Dans un contexte de pagaille médiatique et d'auto-congratulation des politiques et des commentateurs, Airbus a lancé son nouveau modèle". Les commentaires du rédacteur sont très intéressants : "Cet évènement est une source de fierté légitime, mais également une opportunité pour certains de renforcer l'idée inepte (mais populaire) que l'Union Européenne est la meilleure, en opposition avec les Etats-Unis. Nous devons surveiller cela de près, pour s'assurer que la situation ne devienne pas incontrôlable."

Certains dossiers sensibles sont particulièrement suivis. Ce document fait suite à la demande d'Airbus de licences d'exportation américaine (concernant des systèmes d'avionique Northrop Grumman). Le constructeur européen a effectué cette démarche en prévision de ventes d'avions à la Syrie. "Airbus se plaint de frustrations perpétuelles concernant le complexe système d'export américain."

Construction Navale

La création de DCNS, avec la participation de Thales, a été relatée dans ce mémo. Selon les Américains, l'image de la construction d'un géant industriel européen n'a pas été déterminante dans cette affaire. "Des considérations économiques "classiques" (et non l'idée grandiose d'un Airbus naval) ont convaincu Thales d'accepter ce marché". Les dirigeants de Thalès avait alors accepté de prendre 25% du nouvel ensemble. "Nous croyons que les efforts persistants de DCN pour restreindre les coûts et moderniser le management ont été déterminant [pour le succès de l'opération]."

Energie

En 2005, le gouvernement de Dominique de Villepin a procédé à une privatisation partielle d'EDF. Une protestation sociale menace, mais les diplomates américains ne sont pas inquiets pour le succès de l'opération. "Les privatisations difficiles d'Air France et de France Telecom ont montré que ces résistances s'évaporaient toujours au final, après ce qu'un analyste de l'industrie nous a décrit comme une guerre d'usure typiquement française."

Ce mémo d'octobre 2009 fait le point sur les projets d'investissement de Total. "Total voit l'énergie nucléaire comme une part importante de son avenir, et a obtenu le soutien politique de Sarkozy pour cela, comme le prouve la participation du groupe aux projets de réacteur nucléaire aux Emirats Arabes unis."

"La France a réussi à obtenir un haut niveau d'acceptation de l'opinion publique pour son programme de nucléaire civil." Selon le diplomate qui a rédigé cette note, l'attention portée à la gestion des déchets nucléaires est un facteur important de ce consentement du grand public. Il dresse donc un état des lieux de la R&D et des progrès dans ce domaine précis.

Telecoms

La stratégie de développement de France Telecom a fait l'objet de ce mémo rédigé en avril 2007. "Les dirigeants de France Telecom nous ont confié que leur entreprise devra s'étendre dans d'autres domaines, géographiques et fonctionnels, étant donné que les services télécoms n'étaient plus rentables en France." Quelle piste est favorisée par les dirigeants? "La croissance du haut-débit en France, plus solide que partout ailleurs, est associée à une conséquence : un service après-vente très pauvre. [...] France Telecom croit que les services à la clientèle sont le prochain champs de bataille, et ses dirigeants sont pleins d'assurance à ce sujet."

Début juin 2005, le gouvernement français a vendu une partie de ses actions France Telecom, dans le but de réduire la dette du pays. Le diplomate américain qui a suivi cette affaire en juge l'impact "minuscule". "[Pour Thierry Breton] vendre des parts de France Telecom était la méthode la plus simple pour réduire l'endettement public. Les privatisations partielles de GDF et surtout d'EDF ont été beaucoup plus controversées, du fait de la présence de syndicats très puissants dans le secteur public. Néanmoins, l'impact global sur l'endettement public est minuscule, la dette reste équivalente à un trillion d'euros après la vente des actions. Certains diront que cette opération n'est qu'un geste symbolique, pour montrer que le nouveau gouvernement continue les privatisations."

Participez à l'analyse de ces documents
Les documents transmis par Wikileaks sont très nombreux à repérer et analyser par thématique. Si vous trouvez des textes particulièrement intéressants sur l'industrie et l'économie, ou si ceux que nous vous présentons vous évoquent des analyses originales, n'hésitez pas à participer en utilisant l'espace dédié aux commentaires.

Il existe plusieurs méthodes pour explorer les mémos de Wikileaks. Sur le site principal, il est possible de naviguer par mots-clés (ici la recherche avec le mot "Fr") ou, depuis 2010, d'utiliser le moteur de recherche maison : CablegateSearch. Ce moteur permet notamment de faire des recherches par nom d'entreprise, ou de personnalité politique. Pour rester au courant de l'actualité de Wikileaks, le plus simple est de suivre le compte Twitter de l'organisation.

Un conseil : pour tous ces documents diplomatiques, il est très utile de lire les commentaires du rédacteur, en général placé au bas du texte. Les appréciations personnelles des diplomates sont souvent très intéressantes.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle