Wikileaks : les diplomates américains au secours de Boeing

Les derniers câbles publiés par Wikileaks confirment la participation des diplomates américains et européens à la lutte acharnée que se livrent quotidiennement Boeing et Airbus pour la vente de leurs avions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wikileaks : les diplomates américains au secours de Boeing

« Il y a eu un effort de lobbying intense et coordonné de la part du gouvernement français », signalait en juin 2009 un diplomate américain, quelques mois seulement avant l'annonce de négociations entre le Brésil et la France pour l’achat de 36 avions de combat produits par Dassault. Il prévient que le ministre brésilien de la Défense, Nelson Jobim, alors sur le point de prendre un mois de vacances en France, aurait fait l'objet d'un traitement particulièrement empressé de la part des autorités hexagonales au salon aéronautique du Bourget. Et le même d'inviter, entre autres, la secrétaire d'État Hillary Clinton à s'entretenir avec ce ministre « pour souligner l'importance de cette vente afin de renforcer l'alliance » entre les deux pays.

Selon le New York Times, qui vient de publier ces câbles diplomatiques, les pressions de ce type sont monnaie courante. Fin 2007, après l'octroi d'un important contrat à Airbus par le conseil d'administration de Gulf Air - la compagnie aérienne du royaume de Bahreïn - un officiel américain prévient notamment que « la compétition est loin d'être terminée » puisque la décision « doit encore être validée par le gouvernement ». Après deux semaines de lobbying de l'ambassadeur américain au Bahreïn, la proposition d'Airbus a finalement été rejetée au profit d'un nouveau contrat de 6 milliards de dollars signé avec Boeing. Un contrat accordé à la veille de la première visite d'un président américain dans ce pays.

Plus récemment, alors qu'Airbus était favori pour la vente de deux avions à la NAC (Nepal Airlines Corporation), un officiel américain rapporte une opération de lobbying ayant pour objectif d'encourager le gouvernement du Népal à ne pas garantir le prêt visant à financer cet achat. Les Etats-Unis ont remporté la bataille en février 2010, et ce malgré l'envoi d'une lettre par l'Union européenne visant à encourager le Premier ministre népalais à résister aux pressions « injustifiées » exercées par « des groupes aux intérêts divergents ».

Pour le New York Times, qui rappelle que ces contrats pèsent des dizaines de milliards de dollars, les centaines de télégrammes diplomatiques exhumés par Wikileaks montrent que « les diplomates constituent une bonne part de la force commerciale » de Boeing, et ce, dans des proportions qui était mal estimées jusqu'ici.

Mais il n'y a rien de surprenant à ce que les Etats-Unis défendent âprement leurs intérêts dans ce domaine. Le quotidien financier rappelle en effet que Boeing est le premier exportateur américain de biens manufacturés. Chaque vente d'un milliard de dollars se traduirait par ailleurs par quelque 11.000 emplois aux Etats-Unis.

Christophe Dutheil

Pour en savoir plus :

A Selection From the Cache of Diplomatic Dispatches


0 Commentaire

Wikileaks : les diplomates américains au secours de Boeing

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS