WeWork pourrait viser une valorisation en nette baisse avec son IPO

(Reuters) - The We Company, propriétaire du spécialiste de la location de bureaux en partage WeWork, pourrait viser une valorisation nettement moins élevée que prévu lors de son introduction en Bourse, à un peu plus de 20 milliards de dollars (18,1 milliards d'euros), a appris Reuters jeudi de sources proches du dossier.
Partager
WeWork pourrait viser une valorisation en nette baisse avec son IPO
The We Company, propriétaire du spécialiste de la location de bureaux en partage WeWork, pourrait viser une valorisation nettement moins élevée que prévu lors de son introduction en Bourse, à un peu plus de 20 milliards de dollars (18,1 milliards d'euros), a appris Reuters jeudi de sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid

Ce serait plus de moitié moins que la valorisation de 47 milliards donnée par son dernier tour de table auprès d'investisseurs privés en janvier.

Cette réflexion au sein de We Company est la conséquence du scepticisme croissant des investisseurs vis-à-vis des perspectives de rentabilité du groupe et de l'influence, jugée excessive, de son cofondateur Adam Neumann, propriétaire de certains biens loués par l'entreprise.

Aucune décision sur la valorisation n'a été prise pour l'instant, ont dit les sources, qui ont confirmé une information du Wall Street Journal. The We Company a refusé de s'exprimer.

L'entreprise, qui a révolutionné la location de bureaux en proposant aux entrepreneurs, notamment aux start-up, des baux de court terme, n'a pas encore commencé ses présentations aux investisseurs mais elle pourrait le faire dès lundi, a dit une source.

Son modèle, basé sur des revenus de court terme mais des emprunts de long terme, suscite des interrogations quant à sa viabilité, notamment en cas de retournement économique.

Les doutes sont d'autant plus forts que ses pertes ne cessent de se creuser en raison de ses investissements pour financer sa croissance, un problème auquel se heurtent nombre de jeunes entreprises du secteur numérique.

The We Company a ainsi enregistré une perte de plus de 900 millions de dollars au premier semestre, en hausse de 25% sur un an, même si son chiffre d'affaires a doublé à 1,54 milliards.

WeWork, renommée We Company cette année, est soutenu par le groupe japonais SoftBank Group, qui, depuis 2017, a investi ou s'est engagé à investir 10,65 milliards de dollars.

(Bharath Manjesh à Bangalore et Joshua Franklin à New York; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Data Steward F/H

ORANO - 22/01/2023 - CDI - Châtillon

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

72 - Le Mans

Maîtrise d'oeuvre pour la rénovation des bâtiments A et F au 185 rue Henri Champion

DATE DE REPONSE 28/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS