Wen Jiabao entend lutter contre les inégalités en Chine

par Simon Rabinovitch et Zhou Xin

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Wen Jiabao entend lutter contre les inégalités en Chine

PEKIN (Reuters) - La Chine veut réduire les inégalités sociales et nourrir une croissance mue de l'intérieur par une augmentation des investissements publics, notamment dans les zones rurales, tout en faisant preuve de prudence dans les dépenses, a déclaré le Premier ministre Wen Jiabao.

La Chine, a dit le chef du gouvernement, qui s'exprimait à l'occasion de l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (Parlement), maintiendra la politique monétaire accommodante qu'elle juge appropriée et une politique fiscale active.

Concernant les taux de change, Wen Jiabao s'est engagé à maintenir un yuan stable. Au grand dam des Etats-Unis ou de l'Union européenne qui militent en faveur d'une appréciation libre de la devise chinoise, Pékin a gelé le taux de change de sa devise à 6,83 yuans par dollar depuis la mi-2008 pour préserver la compétitivité de ses exportateurs.

Dans son discours devant 3.000 délégués, le Premier ministre chinois a dévoilé une augmentation des dépenses à destination des plus pauvres et des 700 millions de Chinois des zones rurales, supérieure à la hausse prévue des dépenses militaires.

Malgré l'absence de changement sur les termes les plus importants du discours du Premier ministre, des analystes ont noté l'accent accru mis par Wen Jiabao sur le contrôle de l'inflation, ce qui montre que le gouvernement tente d'éponger les liquidités excessives dans l'économie après le boom du crédit enregistré l'an dernier.

La Chine a fait le gros dos face au ralentissement économique mondial en développant le crédit, réduisant les taux d'intérêt et en lançant un programme d'infrastructures de 4.000 milliards de yuans (430 milliards d'euros) fin 2008.

En conséquence, l'économie chinoise a crû à un rythme de 8,7% l'an dernier, le taux de croissance le plus élevé au niveau mondial. Mais Wen Jiabao a minimisé cette performance.

Il faut, a-t-il dit, une croissance qui soit davantage tirée par la demande intérieure, par des consommateurs plus confiants au sujet de leurs revenus et de leur protection sociale.

PRÉFÉRENCE AU SECTEUR RURAL

"Nous ne devons pas interpréter le redressement économique comme une amélioration fondamentale de la situation économique. Les moteurs internes de la croissance économiques sont insuffisants", a lancé le Premier ministre, lisant un discours de 36 pages, d'une voix égale, s'arrêtant de temps en temps pour laisser la place aux applaudissements.

La Chine, a-t-il précisé, table sur une croissance de l'économie de 8% en 2010 - l'objectif de croissance est traditionnellement fixé chaque année - et sur un taux d'inflation d'environ 3%, un chiffre relativement bas compte tenu des tensions sur les prix qui apparaissent.

"Pékin veut envoyer un message clair aux gouvernements locaux, à savoir que l'accent cette année passe d'un soutien de la croissance à tout prix à un équilibre entre le maintien d'une croissance régulière et la gestion de l'inflation", commente Qu Hongbin, économiste responsable de la Chine chez HSBC.

Wen Jiabao a annoncé une hausse de 8,8% des dépenses sociales et de 12,8% des investissements en zone rurale, soit plus que la hausse de 7,5% du budget militaire.

La Chine veut certes ralentir les dépenses et les prêts bancaires après avoir injecté massivement des liquidités pour faire face à la crise, mais pour Wen Jiabao, l'amélioration du bien-être de la population est nécessaire pour une bonne santé économique du pays et pour le maintien de l'influence du Parti communiste sur une société où la fracture sociale se creuse.

"Nous continuerons à donner la préférence à l'agriculture, aux agriculteurs et aux zones rurales et à améliorer le bien-être de la population et à développer les programmes sociaux", a déclaré le chef du gouvernement, dont le second et dernier mandat de cinq ans prendra fin en 2013.

"Nous devons nous assurer qu'il y a un élan soutenu pour le développement économique, une fondation solide pour le progrès social et une stabilité durable pour le pays (...) afin d'assurer une vie meilleure à la population", a-t-il déclaré.

Malgré tout, la croissance des dépenses sociales et agricoles sur laquelle table le gouvernement reste inférieure à celle de 2009, quand la crise faisait rage.

Illustration de la prudence du gouvernement chinois, le déficit budgétaire devrait encore rester sous la barre des 3% du produit intérieur brut, a déclaré Wen Jiabao.

L'an dernier, le déficit n'avait été que de 2,2% du PIB malgré des dépenses massives dans les infrastructures ou pour stimuler l'emploi.

Avec Zhou Xin, Eadie Chen et Ben Blanchard, Clément Dossin et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 Commentaire

Wen Jiabao entend lutter contre les inégalités en Chine

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS