Wells Fargo revoit son objectif de dépenses, des difficultés en vue

par Sweta Singh et Dan Freed
Wells Fargo revoit son objectif de dépenses, des difficultés en vue
Wells Fargo, troisième banque américaine par les actifs, a publié vendredi un bénéfice en repli de 18,6% au troisième trimestre, pénalisé par des frais juridiques et une baisse des revenus du crédit immobilier. /Photo d'archives/REUTERS/Mario Anzuoni

(Reuters) - La direction de Wells Fargo a indiqué vendredi que la banque pourrait avoir du mal à atteindre ses objectifs de dépenses l'année prochaine, ce qui soulève des interrogations sur l'impact réel du scandale des comptes fantômes sur ses résultats.

La troisième banque américaine par les actifs a publié vendredi un bénéfice en repli de 18,6%, essentiellement pénalisé par une provision d'un milliard de dollars pour le règlement d'un litige sur des crédits hypothécaires avant la crise financière de 2008.

La direction du groupe a également revu un important objectif de dépense en annonçant que la banque a l'intention de dépenser 61 cents pour chaque dollar de produit net bancaire (PNB) généré cette année, contre une fourchette initiale de 60 à 61 cents.

Le directeur financier de Wells Fargo, John Shrewsberry, a laissé entendre que la banque pourrait également faire face à des problèmes concernant l'objectif de coefficient d'exploitation prévu pour l'an prochain.

La direction espère à présent dépenser 59 cents par dollar de PNB l'an prochain, contre un objectif précédent de 55 à 59 cents par dollar, a-t-il expliqué, ajoutant que tout cela dépendait en grande partie de la croissance des prêts et des taux d'intérêt, ainsi que du montant des coûts liés à la réglementation, aux technologies et aux problèmes concernant les pratiques commerciales de la banque.

En réaction à ces résultats, l'action Wells Fargo chute de 3,44% à 53,31 dollars à 17h44 GMT, l'une des plus fortes baisses du S&P-500 (+0,24%).

"Nous attendons pour le trimestre que Wells montre une dynamique plus forte dans l'ensemble de ses activités et cela n'a pas été pas le cas ce trimestre", ont écrit les analystes de Keefe, Bruyette & Woods dans une note.

Wells Fargo, malmenée depuis plus d'un an en raison de ses pratiques commerciales, a reconnu que 3,5 millions de clients pourraient avoir eu des faux comptes ouverts à leur nom et à leur insu. La banque a aussi admis avoir souscrit une assurance automobile au nom de certains clients sans leur consentement, avoir imposé à d'autres une option permettant de bloquer leur taux d'emprunts et divers frais.

Parallèlement, Wells Fargo, comme ses concurrentes, doit faire face à plusieurs défis, notamment une baisse du refinancement hypothécaire, des revenus d'intérêts qui augmentent lentement après une période prolongée de taux bas, des investissements technologiques coûteux et de nouvelles réglementations.

Pour les observateurs, tout cela rend difficile une évaluation du scandale sur les résultats de Wells Fargo.

Lors d'une conférence téléphonique, les analystes ont demandé à la direction si la faiblesse de la croissance des prêts était liée à une défiance des consommateurs vis-à-vis de la banque à la suite du scandale des comptes fantômes ou à la prudence de la banque sur les risques liés au crédit.

WELLS FARGO RATE ENCORE LE CONSENSUS

Wells Fargo a raté les prévisions Wall Street en matière de produit net bancaire pour un quatrième trimestre consécutif en raison de la faiblesse de la croissance des prêts, et son bénéfice tiré des prêts a également reculé.

Sur la période juillet-septembre, le bénéfice du groupe a chuté à 4,60 milliards de dollars (3,89 milliards d'euros). Sur une base ajustée, il est ressorti à 1,04 dollar par action, contre 1,03 dollar attendu selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Le produit net bancaire a reculé de 2% à 21,9 milliards de dollars, affecté par un plongeon de 37% de l'activité de crédit immobilier et des prêts automobiles, alors que les analystes attendaient 22,4 milliards de dollars.

La marge nette d'intérêts de Wells Fargo, ratio mesurant la différence entre ce que les banques dépensent sur les fonds et ce qu'elles génèrent en prêtant ces fonds, était de 2,87%, contre 2,9% au trimestre précédent et en deçà des attentes des analystes.

Wells Fargo a dégagé un coefficient d'exploitation, ratio mesurant les dépenses d'exploitation par rapport au produit net bancaire, de 65,5% au cours du troisième trimestre et de 63,1% depuis le début de l'année.

La banque s'est engagée à réduire ses coûts de 4 milliards de dollars d'ici fin 2019, dont la moitié sera réinvestie dans ses activités, a précisé son directeur financier.

Le bénéfice net de l'activité des services bancaires communautaires de Wells Fargo, la plus importante de ses trois grandes divisions et la plus affectée par le scandale des comptes fantômes, s'est établi à 2,2 milliards de dollars, en baisse de 31% sur un an en raison de charges juridiques.

Wells Fargo, numéro un aux Etats-Unis sur les crédits immobiliers résidentiels, a accordé plus de 98 milliards de dollars de prêts au premier semestre, selon la publication spécialisée Inside Mortgage Finance.

(Sweta Singh à Bangalore et Dan Freed à New York,; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

92 - ONERA

Etudes, fabrication et installation d'une centrale d'air sur le site du Fauga-Mauzac (31)

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS