Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'équipementier télécom chinois ZTE sanctionné pour sept ans par les Etats-Unis

, , , ,

Publié le , mis à jour le 17/04/2018 À 07H36

ZTE, l'équipementier télécom chinois, n'obtiendra plus de composants de la part des entreprises américaines pendant sept ans. Cette sanction du département américain du Commerce fait suite au contournement de l'embargo américain sur l'Iran par ZTE.

L'équipementier télécom chinois ZTE sanctionné pour sept ans par les Etats-Unis
Le département américain du Commerce a interdit aux sociétés américaines de vendre des composants à l'équipementier télécom chinois ZTE pour une durée de sept ans.
© Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Le département américain du Commerce a interdit aux sociétés américaines de vendre des composants à l'équipementier télécom chinois ZTE pour une durée de sept ans pour avoir enfreint les termes des sanctions économiques imposées à l'Iran.

A Pékin, le ministère chinois du Commerce a indiqué le mardi 17 avril qu'il suivrait de près les développements de l'affaire et qu'il se tiendrait prêt à réagir pour protéger les intérêts des entreprises chinoises.

ZTE a dit de son côté qu'elle étudiait les implications de la décision américaine et qu'elle était en communication avec les "parties concernées". La cotation de ses actions a été suspendue le 17 avril sur les Bourses de Hong Kong et de Shenzhen.

Une enquête fédérale conduite sur cinq ans a révélé en 2017 que ZTE avait contourné l'embargo américain sur l'Iran en achetant des composants américains, en les intégrant dans son matériel et en les livrant illégalement dans le pays.

Déjà 890 millions de dollars d'amendes et de pénalités

Le groupe chinois avait plaidé coupable en 2017 devant un tribunal fédéral du Texas, reconnaissant avoir fourni illégalement à l'Iran des technologies et des biens américains. Il avait accepté de verser 890 millions de dollars (718 millions d'euros) en amendes et pénalités, un montant susceptible d'être augmenté de 300 millions de dollars.

Dans le cadre de cet accord, l'équipementier basé à Shenzhen avait également pris l'engagement de licencier quatre salariés directement concernés et d'en sanctionner 35 autres en réduisant leurs primes ou en les réprimandant, ont déclaré à Reuters des responsables du département du Commerce.

Or si elle a bien procédé aux quatre licenciements, la société chinoise a admis en mars qu'elle n'avait pas sanctionné les 35 autres salariés mis en cause.

Deux fournisseurs de ZTE chutent à Wall Street

ZTE "nous a fourni des informations reconnaissant pour l'essentiel avoir fait des fausses déclarations", a déclaré le lundi 16 avril un haut responsable du département du Commerce. "C'était en réponse aux informations demandées par les Etats-Unis."

"Nous ne pouvons pas nous fier à ce qu'ils nous disent", a-t-il ajouté. "Et dans le commerce international, la vérité est très importante."

A Wall Street, l'annonce des sanctions a fait chuter deux fournisseurs importants de ZTE, les fabricants de produits optiques Acacia Communications et Oclaro, qui ont perdu respectivement à la clôture 36% et 15%.

Acacia, au plus bas depuis son introduction en Bourse en mai 2016, avait indiqué dans un récent rapport financier que ZTE avait représenté 30% de son chiffre d'affaires 2017. Dans sa dernière publication trimestrielle, Oclaro qualifiait ZTE de "client important", tout en indiquant avoir temporairement cessé de lui livrer des produits en mai 2016 en raison de restrictions imposées par le département du Commerce.

Les entreprises américaines fournissent 25 à 30% des composants de ZTE

On estime que les entreprises américaines fournissent de 25 à 30% des composants utilisés dans les équipements de ZTE, notamment dans les équipements de réseaux et les smartphones.

Le gouvernement américain enquêtait sur ZTE depuis la publication en 2012 par Reuters d'informations montrant que l'équipementier chinois avait signé des contrats de livraison de produits et de logiciels américains à TCI, le principal opérateur télécoms iranien, et à une filiale du consortium qui le contrôle, pour des millions de dollars.

 

(avec Ryan Woo à Pékin; Claude Chendjou et Henri-Pierre André pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus