Washington sanctionne la société russe Kaspersky Lab

WASHINGTON (Reuters) - L'administration de Donald Trump a retiré la société moscovite Kaspersky Lab de deux listes de vendeurs agréés d'équipement technologique pour les agences gouvernementales américaines, expliquant qu'elle craignait que ses produits soient utilisés par le Kremlin pour pénétrer dans les réseaux des Etats-Unis.
Partager
Washington sanctionne la société russe Kaspersky Lab
L'administration de Donald Trump a retiré la société moscovite Kaspersky Lab de deux listes de vendeurs agréés d'équipement technologique pour les agences gouvernementales américaines, expliquant qu'elle craignait que ses produits soient utilisés par le Kremlin pour pénétrer dans les réseaux des Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Sergei Karpukhin

Depuis plusieurs mois, la société de cybersécurité, dont les logiciels antivirus sont populaires aux Etats-Unis, est soupçonnée par les agences de renseignement et certains membres du Congrès d'être trop étroitement liée aux services russes.

L'entreprise a publié un communiqué dans lequel elle se juge la victime de querelles géopolitiques, démentant toute connexion politique et se disant prête à répondre aux questions des autorités américaines.

"Selon toute vraisemblance, Kaspersky Lab s'est retrouvée embarquée dans une querelle géopolitique où chaque camp s'emploie à utiliser notre entreprise comme un pion dans son jeu", a réagi la société moscovite, cité par l'agence RIA.

"Kaspersky Lab n'a de lien avec aucun gouvernement et l'entreprise n'a jamais aidé, et n'aidera jamais, aucun gouvernement dans le monde à mener des activités de cyberespionnage", a-t-elle insisté.

Les produits Kaspersky ont été retirés de la liste de l'Administration américaine des services généraux (General Services Administration, GSA) mais les agences gouvernementales américaines pourront toujours en acquérir s'ils ne passent pas par la procédure agréée par la GSA.

Le mois dernier, la commission sénatoriale des Forces armées a adopté un projet de loi de dépenses qui prévoit d'interdit l'achat de produits Kaspersky par l'armée.

Les agences de renseignement américaines estiment que la Russie a cherché à intervenir dans la campagne électorale de 2016 aux Etats-Unis, en piratant notamment des boîtes mail de hauts responsables du Parti démocrate. Moscou dément.

(Dustin Volz, avec Katia Golubkova à Moscou; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS